RTBFPasser au contenu

Han Van Meegeren, le "faussaire Vermeer"

Han Van Meegeren, le "faussaire Vermeer"
22 déc. 2017 à 13:35 - mise à jour 22 déc. 2017 à 13:353 min
Par Margot Dubuisson

Han Van Meegeren, faussaire de renom, a sévi aux Pays-Bas durant le XIXe siècle. Comment un tel artiste s'est-il retrouvé à produire des faux ? Avait-il cet objectif en tête dès le départ ou a-t-il été été happé malgré lui ? Réponse avec Patrick Pesnot, auteur de l'ouvrage " Le génie du faux : la passion Vermeer ".

Han Van Meegeren se passionne très tôt pour le dessin, une passion que ne partage pas son père qui déchire ses dessins. Van Meegeren doit donc user de son talent en secret. Un très bon professeur l’initie aux chefs d’œuvre du siècle d’or hollandais et finalement son père accepte d’inscrire son fils au très réputé Institut technologie de Delft, dans la section Architecture.

Van Meegeren, qui était déjà subjugué par l’art de Vermeer, va accroître sa passion pour l’artiste dans la ville de Delft, réputée pour avoir donné ses lettres de noblesse à Vermeer. En 1912, l’école d’art de Delft organise un concours; Van Meegeren y propose une aquarelle représentant l’intérieur de l’église Saint Laurent à Rotterdam, aquarelle qui remportera la médaille d’or et sera achetée pour 1000 florins (environ 7.000 euros). " Pour la première fois de sa vie, on le reconnaît comme peintre ce qui représente une énorme satisfaction pour lui. Toute sa vie, il se rebellera face à tous les spécialistes et experts. Il faut d’ailleurs avouer que c’est un vrai peintre de talent et sera reconnu en tant que tel par ses clients, au minimum ", explique Patrick Pesnot, auteur de l'ouvrage " Le génie du faux : la passion Vermeer ".

Han Van Meegeren, le "faussaire Vermeer"
Han Van Meegeren, le "faussaire Vermeer" © Tous droits réservés

Coqueluche à La Haye

Très vite, le faussaire commence à exposer à La Haye. Grâce à son épouse mais aussi à sa maîtresse – la femme d’un critique d’art très connu – il pénètre les milieux bourgeois les plus huppés et vend beaucoup. Il s’enrichit rapidement, ce qui lui permettra d’ailleurs par la suite de s’attaquer à de faux Vermeer, parce qu’il en a le temps. C’est dans une très belle demeure acquise à la Cote d’Azur qu’il installe son atelier ainsi qu’un four qui lui permet de cuire les tableaux pour que la peinture soit suffisamment durcie pour ressembler aux vrais tableaux du XVIIe siècle.

Influence néfaste sur sa carrière

C’est également à La Haye qu’il fait la connaissance du restaurateur Théo Van Wijngaarden et d'un écrivain déchu, Jan Ubink. " Ces trois-là s’estiment être exclus mais en réalité ils ne le sont pas du tout", explique Patrick Pesnot. "Ils se posent en marginaux de manière volontaire. Van Wijngaarden et Ubink vont très clairement jouer un rôle néfaste dans l’ascension de Van Meegeren, c’est-à-dire quand celui-ci va vraiment s’attaquer à produire un faux Vermeer "

La fascination que porte Van Meegeren sur la frontière entre le vrai et le faux se développe avec une toile de Frans Van Hals, un autre grand peintre du siècle hollandais. Malheureusement pour lui, le faux Van Hals que Van Meegeren produit est assez rapidement déclaré comme étant faux par le spécialiste Bredus, ce qui provoque la déception de l’artiste et de ses amis. C’est néanmoins ce même Bredus qui reconnaîtra plus tard le faux Vermeer comme un vrai.

Loading...

Quand naît la passion de Van Meegeren pour le faux ?

" L’artiste est avant tout subjugué par un tableau du Caravage lors d’un voyage à Rome ", détaille Patrick Pesnot. " Par ailleurs, Van Meegeren a un désir de revanche, envers Bredus d’abord, mais aussi envers les autres. Il met 4 ans pour créer son premier faux, qui sera célébré et reconnu unanimement comme un vrai Vermeer. Il est donc très difficile, pour lui, d’avouer qu’il a produit un faux. Au fond, il est donc un peu prisonnier de lui-même et va assumer sa nature de faussaire au point de récidiver assez rapidement. "

 

Que se passe-t-il pour Van Meegeren ensuite ? Va-t-il être condamné pour avoir produit des faux ? Réponse avec Laurent Dehossay et Patrick Pesnot dans Un jour dans l'histoire.

Articles recommandés pour vous