RTBFPasser au contenu

Exposition - Accueil

Halaqat : le projet qui vise à explorer les liens culturels entre l’Europe et le monde arabe

Le projet Halaqat se déroulera sur une année complète et se conclura par un festival à l’automne 2022. Le projet vise à relever le défi de découvrir ce que représentent exactement ces régions. Les organisateurs souhaitent approfondir les échanges entre le
30 nov. 2021 à 11:114 min
Par Ségolène Misselyn

L’évocation du nom de ces deux régions – l’Europe et le monde arabe – suscite presque instantanément toute une série d’idées, d’acceptions et d’émotions. Deux régions en pleine mutation ayant chacune sa réalité sociale, économique et politique spécifique et locale mais surtout de nombreux liens, historiques et actuels.

Avec Halaqat (qui, en arabe, signifie " liens et cercles multiples "), Bozar et le Goethe-Institut de Bruxelles relèvent le défi de découvrir pendant un an ce que représentent exactement ces régions. Les organisateurs souhaitent approfondir les échanges entre les deux régions afin de démonter les clichés et de créer une plateforme de co-création et de discussion à travers des débats, des projections de films, des concerts, des performances et des expositions d’arts visuels.

Une diversité de voix d’artistes émergents et renommés, d’acteurs culturels et d’experts s’unissent pour tirer des leçons pour l’avenir en soulignant un certain nombre de thèmes. Halaqat a pour objectif d’encourager les artistes des deux régions à créer des œuvres d’art ensemble : en utilisant la " politique des espaces et des corps " comme leitmotiv, ils raconteront des histoires centrées sur les notions de pouvoir, de restriction et d’impact sur les espaces et les corps, un thème qui reste très débattu. La notion de corps, quant à elle, renvoie aux thèmes du genre, du pouvoir, du contact, de la mobilité et de la fonction du langage corporel.

Pouvons-nous continuer à coopérer et à nous écouter mutuellement en ces temps de pandémie, alors que notre mobilité n’est plus seulement limitée par des visas mais aussi par toute une série de mesures sanitaires ? Quelle est la place de l’espace public et privé dans les deux régions et dans leurs différents pays ? De quelle façon allons-nous bientôt " vivre " l’espace physique et numérique ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions sur lesquelles Halaqat se penchera dans les mois à venir, sans prétendre pouvoir offrir une réponse ou une solution définitive.

Le festival d’ouverture de quatre jours présente un éventail d’artistes de Tunisie, du Liban, d’Égypte, du Maroc, de Palestine et de Belgique. Il débutera par le Halaqat Impro Session, qui présentera au public quatre artistes arabes et deux européens. Cette ouverture musicale sera suivie de la projection de trois documentaires récents en provenance du monde arabe et d’une discussion approfondie sur la façon dont le monde arabe est présenté à travers l’œil de la caméra.

Le projet Halaqat se déroulera sur une année complète et se conclura par un festival à l’automne 2022.

Pour plus d'informations pratiques sur l'événement : le projet Halaqat

Le calendrier complet des activités du Festival d’ouverture

4th Stream – Halaqat Impro Session (le 4 décembre 2021 à 19h)

 

L’Halaqat Impro Session est le point d’orgue d’un échange intense entre six musiciens issus d’horizons musicaux et culturels divers qui ne se connaissent que depuis cinq jours. Les participants ont été sélectionnés à la suite d’un appel à projets visant à rassembler des musiciens d’Europe et du monde arabe autour du jazz et de la musique électronique.

Info & Tickets

Projection du film "L’école de l’espoir" de Mohamed El Aboudi (le 6 décembre 2021 de 18h à 19h30)

Depuis une dizaine d’années, le changement climatique et la surexploitation agricole ont forcé les tribus nomades du haut plateau de l’Atlas au Maroc à se sédentariser. Nombreux sont ceux qui sont partis pour la ville, mais ils n’y ont souvent trouvé que la misère. L’autre solution est de rester, de s’installer durablement, ce qui implique d’organiser l’avenir, à commencer par la construction d’une école. C’est ainsi qu’aux confins du désert, une tribu a décidé de se battre pour rester sur son territoire et donner une éducation aux enfants. Un espoir qui ne va pas sans tensions, car lorsqu’un enfant est à l’école, il ne peut pas travailler aux côtés de sa famille.

Langue : Arabe / Sous-titres : Français

Info & Tickets 

Projection du film documentaire "As I Want" et rencontre avec la réalisatrice Samaher Alqadi (le 6 décembre 2021 de 21h à 22h30)

Le Caire, 25 janvier 2013. Le jour du deuxième anniversaire de la révolution, une série d’agressions sexuelles a lieu sur la place Tahrir. À la suite de ces graves incidents, des femmes en colère investissent massivement les rues. La réalisatrice Samaher Alqadi se joint à elles, la caméra à la main en guise de protection. Elle se met à documenter cette rébellion féminine grandissante sans savoir où son reportage la conduira.

Langue : Arabe / Sous-titres : Français

Info & Tickets 

Débat : "Comment le monde arabe est-il représenté au travers de son cinéma ?" (le 7 décembre 2021 de 18h à 19h30)

Depuis 10 ans, les cinémas arabes s’imposent partout dans le monde, dans les plus grands festivals et sur les chaînes de télévision. Quelles sont les évolutions majeures de ces cinémas depuis les printemps arabes ? Quels sont les thèmes et les préoccupations des cinéastes ? Quel est l’avenir du cinéma arabe en termes artistiques et économiques, ainsi que sa relation avec l’Europe ?

Ces questions seront la base du débat public Holaqat autour du cinéma.

Gratuit - Langue : Anglais

Info & Tickets 

Projection du film " Little Palestine" (Diary of a Siege) et rencontre avec son réalisateur Abdallah Al-Khatib (le 7 décembre 2021 de 20h30 à 22h30)

Entre 1957 et 2018, le district de Yarmouk (Damas, Syrie) a abrité le plus grand camp de réfugiés palestiniens au monde. À partir de 2013, à la suite de la révolution syrienne, le régime de Bashar Al-Assad assiège le quartier de Yarmouk, considéré comme un foyer de résistance des rebelles. Peu à peu privé de nourriture, de médicaments et d’électricité, Yarmouk se retrouve coupé du reste du monde. Abdallah Al-Khatib est né et a vécu à Yarmouk jusqu’à ce que Daesh l’en expulse en 2015. Entre 2011 et 2015, il y a filmé avec ses amis la vie quotidienne des habitants assiégés.

Langue : Arabe / Sous-titres : Français

Info & Tickets 

Sur le même sujet

15 déc. 2021 à 08:26
1 min
11 déc. 2021 à 08:00
2 min

Articles recommandés pour vous