RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Europe

Gulliver dans l’Europe sociale et climatique

L'œil sur l'Europe de Sandro Calderon

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’Europe est une contrée étrange. Un jour, elle vous paraît étonnement grande et le lendemain, particulièrement petite. Un peu comme dans "Les voyages de Gulliver".

Rappelez-vous les lectures de votre enfance. Dans le célèbre roman de Jonathan Swift, Gulliver entame son périple à Lilliput, une île peuplée de bonshommes hauts comme trois pommes. C’est à peu près la taille aujourd’hui de l’Europe sociale. Un nain.

Attention, ce n’est pas sa faute. Les Etats-membres ont décidé de garder l’essentiel des politiques sociales dans leur escarcelle. L’Union européenne doit se contenter d’un rôle d’appui, par exemple, avec le Fonds social européen qui promeut l’emploi ou la formation professionnelle.

Elle a aussi un rôle de coordination des modèles sociaux nationaux. La semaine des 48 heures ou l’âge minimum légal du travail à 15 ans, ce sont des avancées européennes.

L’Europe sociale deviendra-t-elle un géant ?

Il y a bien une demande des citoyens européens pour que l’Europe sociale s’étende. On l’a encore vu dans les conclusions de la Conférence sur l’avenir de l’Europe.

Et malgré un costume fort étroit, l’Union européenne essaie d’élargir son champ d’action. Il y a 5 ans, elle a bâti un socle des droits sociaux. On y retrouve des principes comme l’égalité des sexes ou le droit à un salaire équitable. Ce socle n’est pas contraignant, mais il fixe un cap et il permet d’obtenir des résultats concrets.

On l’a vu cette semaine. Les Etats-membres et le Parlement européen ont conclu deux accords politiques. L’un sur l’instauration d’un salaire minimum, l’autre sur un quota minimum de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises. Bon. Ce n’est pas spectaculaire, mais quand même. L’Europe sociale avance à petits pas.

A côté de l’infiniment petit, l’infiniment grand

A côté de l’infiniment petit, il y a l’infiniment grand. Et l’Union européenne se voit comme un géant, comme un leader de la lutte contre le dérèglement climatique.

Elle vise, par exemple, la neutralité carbone en 2050. Pour ça, elle a imaginé des politiques ambitieuses. Il y a deux jours, le Parlement européen a voté la fin des ventes des voitures essence et diesel neuves en 2035. Une véritable révolution.

Mais le chemin sera long et semé d’embûches. Il y a déjà eu une sortie de route du Parlement européen cette semaine.

A cause de profonds désaccords entre élus de droite et de gauche, un vote important a été reporté. Il concerne la création d’un Fonds social pour le climat. 70 milliards d’euros pour aider les ménages vulnérables et les petites entreprises à faire face au coût – élevé – de la transition climatique.

Se donner les moyens

Ce n’est pas tout de se rêver géant, il faut s’en donner les moyens. Pour réussir sa transition climatique, l’Europe devra garder à bord tous ses citoyens. Elle devra les aider pour faire des économies d’énergie, pour leur garantir des moyens de transport durables et abordables. Faute de quoi, ils se détourneront du projet européen.

Pour éviter ça, il faut que l’Union européenne tire les leçons du passé et ne commette plus les mêmes erreurs. Comme au début des années 2000, quand la Commission européenne prônait la modération salariale. Et surtout comme après la crise de 2008 et la crise de l’euro, quand la fameuse Troïka a imposé l’austérité à des pays comme la Grèce.

Depuis, aux yeux de nombreux citoyens, l’Europe est tout sauf sociale.

L’Union en a conscience et elle est capable de changer. On l’a vu face à la pandémie de Covid-19 ou la guerre en Ukraine. Bref. L’Europe doit confirmer son virage social pour éviter que les citoyens ne finissent comme Gulliver, qui a fini déçu, amer et a quitté la société des humains pour lui préférer l’odeur de son écurie et de ses chevaux.

Sur le même sujet

Pas un mot sur le climat au sommet européen : "Le climat a tendance à être relégué en bas de l’agenda"

Climat

Paquet climat : les grands partis du Parlement européen dégagent un nouveau compromis

Monde Europe

Articles recommandés pour vous