RTBFPasser au contenu

Retour aux sources

Guerre froide, opposition États-Unis, Occident, Russie… et l’Ukraine au milieu : faisons la paix

En juillet-août 1945, la Conférence de Potsdam rassemble Royaume-Uni, États-Unis et URSS pour déterminer le sort des nations ennemies…

La Guerre froide… ce conflit qui se déroula officiellement de 1946 à 1991. Un conflit de prime abord sans combats, du moins entre les deux grands qui s’opposaient et qui menaient la danse, les États-Unis et l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques, l’URSS… Mais un conflit qui faillit pourtant plus d’une fois tourner à la Troisième Guerre mondiale et qui était à coup sûr une guerre entre deux idéologies, celles du capitalisme et du communisme.

Dans "Retour aux sources", Élodie de Sélys reçoit Estelle Hoorickx, docteure en histoire contemporaine et attachée de recherche au Centre d’études de sécurité et défense de l’Institut royal supérieur de défense (IRSD) et Tanguy de Wilde d’Estmael, docteur en sciences politiques et relations internationales à l’UCLouvain. Ces deux spécialistes apportent d’importantes précisions historiques et géopolitiques au documentaire "La Guerre froide, la croisade de Truman", de Mickaël Gamrasni, diffusé ce samedi 16 avril, à 21 heures, sur la Trois.

Autour d’Élodie de Sélys, Estelle Hoorickx et Tanguy de Wilde d’Estmael.
Autour d’Élodie de Sélys, Estelle Hoorickx et Tanguy de Wilde d’Estmael. Tous droits réservés.

La Guerre froide que certains font remonter à 1943… Un monde bipolaire. Une parenthèse historique qui semble vouloir se rouvrir avec de nouveaux paramètres, souhaités – ou faudrait-il dire, exigés ? – par Vladimir Poutine, nostalgique d’un empire russo-soviétique… Un homme qui semble craindre l’Occident, repaire, à ses yeux, de tous les maux. L’histoire de la poutre et de la paille…

C’est une certitude, "l’opération militaire spéciale" déclenchée à l’encontre de l’Ukraine le 24 février dernier a clairement changé la face du monde. Cette guerre qui ne peut en porter le nom pour le Maître du Kremlin, est d’ores et déjà à l’image de tant de conflits : une véritable catastrophe humaine.

USA – Ukraine – Russie : quel vainqueur ? Quel monde après ?
USA – Ukraine – Russie : quel vainqueur ? Quel monde après ? Tous droits réservés.

Quelle sera la nouvelle répartition entre sphères russe et occidentale, où se positionneront la Chine, l’Inde, le Pakistan, l’Iran et tant d’autres pays dépendant économiquement de l’un ou l’autre bloc ? Le sujet est d’une complexité et d’une immensité presque infinie. Alors, pour celui ou celle qui souhaite approfondir le "Retour aux sources" de ce samedi 16 avril, voici quelques ouvrages des invités d’Élodie de Sélys et conseillés par eux.

"La Belgique, l’Otan et la guerre froide. Le témoignage d’André de Staercke", Racine, 2022.

La Belgique, l’Otan et la guerre froide. Le témoignage d’André de Staercke, Estelle HOORICKX, Racine, 2022. Ouvrage préfacé par G.-H. Soutou.

Un éclairage nouveau et passionnant sur les années de Guerre froide et les coulisses de l’OTAN. Dans le contexte actuel de tensions renouvelées entre l’OTAN et la Russie, l’historienne Estelle Hoorickx éclaire d’un jour nouveau le rôle joué par l’Alliance atlantique et la Belgique pendant la guerre froide, période où le monde est passé tout près d’un affrontement nucléaire. L’étude met en lumière des enjeux importants et toujours actuels, tels que l’impossible " européanisation " de l’OTAN et la difficile mise en place d’une véritable communauté atlantique. L’ouvrage montre également, à partir d’archives souvent inédites et surtout grâce au témoignage central d’André de Staercke, représentant permanent de la Belgique auprès du Conseil atlantique de 1950 à 1976, la place de premier plan occupée par les Belges pour faciliter la Détente avec l’Est et pour rassembler les partenaires atlantiques tout au long d’un quart de siècle passionnant, fait de crises et de progrès. Préface de Georges-Henri Soutou, présidant l’Institut de Stratégie Comparée. Il est un spécialiste incontournable de l’histoire des relations internationales.

"La guerre froide 1917-1991", La Martinière/Points, Paris, 2006.

La guerre froide 1917-1991, André FONTAINE, La Martinière/Points, Paris, 2006.

La mondialisation n’est pas une idée neuve. La révolution d’Octobre se voulait aussi mondiale que la guerre dont elle était issue et l’Amérique de Wilson se croyait chargée de convertir la terre entière au capitalisme. Les ambitions des deux empires étaient trop universelles pour être conciliables. À la lumière des révélations intervenues depuis la dislocation de l’URSS, ce livre raconte les étapes de ce qui aura été la troisième guerre mondiale. Une guerre que l’on a appelée " froide ", parce que la crainte de l’apocalypse a permis de trouver des portes de sortie à toutes les " parties au bord du gouffre " qui l’ont jalonnée, mais qui n’en a pas moins fait plus de morts que les autres guerres de l’histoire, à l’exception de celle de 1939-1945.

La Guerre froide 1943-1990, Georges-Henri SOUTOU, Librairie Arthème Fayard/Pluriel, Paris, 2010.

La Guerre froide 1943-1990, Georges-Henri SOUTOU, Librairie Arthème Fayard/Pluriel, Paris, 2010.

Le livre de référence ! Pourquoi la Guerre froide n’a-t-elle pas débouché sur une guerre mondiale ? C’est la grande interrogation à laquelle se propose de répondre de ce livre. Parce que le conflit Est-Ouest était fondamentalement un conflit idéologique et politique : il ne s’agissait pas de détruire l’adversaire mais de l’amener à se transformer de l’intérieur en adoptant une nouvelle conception de l’organisation politique et sociale. Le conflit Est-Ouest a dominé le monde depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’à la chute du Mur de Berlin. Ce livre en retrace l’histoire et en corrige la vision parfois sommaire que nous en avons retenue. Ce fut un conflit global, tout à la fois idéologique, politique, militaire et même parfois territorial, car la " guerre froide " ouvrit aussi des fronts " chauds ", même s’ils furent circonscrits. Elle ne dégénéra toutefois jamais en confrontation ouverte, et connut des moments d’accalmie prolongés, voire de détente. C’est que ce conflit n’a jamais visé à anéantir l’adversaire, mais à le contraindre à changer. En outre, le pacte conclu entre les grandes puissances au lendemain de la victoire sur l’Allemagne nazie fut un profond facteur de stabilité, en Europe notamment. L’effondrement interne de l’un des deux adversaires apporta une conclusion rapide et imprévue par chacun des acteurs à ce conflit. Georges-Henri Soutou livre ici une analyse majeure de la période.

"La Politique étrangère. À l’épreuve de la fragmentation", Peter Lang, 2021.

La Politique étrangère. À l’épreuve de la fragmentation, Tanguy STRUYE de SWIELANDE, Tanguy de WILDE d’ESTAMAEL et Valérie ROSOUX, Peter Lang, 2021. Vol. 26 de la série " Géopolitique et résolution des conflits ".

La politique étrangère se présente aujourd’hui en pleine mutation. Habituée à un milieu strictement interétatique, elle est vouée à se développer et à s’adapter dans un environnement diversifié, au sein duquel interagissent de nouveaux acteurs. Ces transformations multiples affectent non seulement le nombre et la qualité des acteurs qui participent à son élaboration et à son application, mais aussi ses objets, ses préoccupations premières, ses références idéologiques et sa formulation. Habituellement marquée par la gestion des conflits, l’affirmation des oppositions, ou encore la recherche de l’avantage exclusif au détriment de l’autre, la politique étrangère mise en œuvre au vingt et unième siècle est en principe appelée à favoriser la coopération pour préserver la planète, la défense solidaire d’un patrimoine commun, la promotion collective du développement durable, le respect et l’application de règles universelles. Le dessein principal du présent ouvrage est de contribuer à l’analyse renouvelée des processus liés à la conception et à la mise en œuvre de la politique étrangère. Les auteurs entendent mettre à la fois en relief les éléments de permanence qui ont façonné les développements de la politique étrangère et les facteurs de changement qui la touchent aujourd’hui. Est passée en revue la manière d’analyser la politique étrangère, ses déterminants et instruments ainsi que la conduite de la politique étrangère élaborée par des États spécifiques.

Sur le même sujet

04 avr. 2022 à 11:58
2 min

Articles recommandés pour vous