Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : Ursula von der Leyen en Hongrie pour discuter de l'embargo pétrolier, fait état de progrès

© AFP or licensors

09 mai 2022 à 15:35 - mise à jour 09 mai 2022 à 19:33Temps de lecture2 min
Par Belga

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est rendue lundi après-midi en Hongrie pour discuter avec le Premier ministre Viktor Orban de "la sécurité d'approvisionnement énergétique de l'Europe", a annoncé le même jour le porte-parole en chef de l'exécutif européen, Eric Mamer, via Twitter.

Cette visite entrait dans le cadre des discussions entre les 27 au sujet de l'embargo sur le pétrole russe, intégré dans un 6e paquet de sanctions proposé récemment par la Commission européenne. La Hongrie de Viktor Orban bénéficierait (comme d'autres pays enclavés fort dépendants du pétrole russe) d'un délai supplémentaire pour arrêter ses importations de pétrole russe et de produits raffinés, mais le gouvernement hongrois a jusqu'ici estimé que les garanties pour sa sécurité d'approvisionnement n'étaient pas suffisantes. 

Unanimité nécessaire

Le sujet était au menu d'une réunion des ambassadeurs des Etats membres auprès de l'UE durant le week-end, sans permettre encore de dégager un accord qui rassemble les 27, dont l'unanimité est nécessaire pour valider les nouvelles sanctions. Des discussions techniques seraient encore nécessaires, tenant compte de la situation spécifique des Etats enclavés. 

La prochaine réunion des représentants des 27 est prévue mercredi matin. Elle devrait sans doute permettre de faire le point sur les discussions autour du paquet de sanctions, dont l'embargo sur le pétrole est le seul point qui coince encore. 

Même si les institutions européennes ont mis l'accent auprès de la presse ces derniers jours sur l'unité des 27 autour de la question des sanctions, Viktor Orban a eu publiquement des mots durs concernant la dernière proposition de la Commission, parlant de "ligne rouge" franchie par l'exécutif européen et d'"atteinte à l'unité" de l'UE. 

 

En fin de journée, la présidente de la Commission a fait état de "progrès" dans les discussions, évoquant un échange "utile" avec le Premier ministre hongrois. Malgré cela, il reste du travail à accomplir avant d'atteindre un accord, a-t-elle précisé via Twitter. Une vidéoconférence avec les autres Etats de la région va avoir lieu, pour "renforcer la coopération régionale dans l'infrastructure pétrolière". 

Modifier les structures d'approvisionnement en pétrole des pays comme la Hongrie, fort dépendants de la Russie sur ce plan, nécessite en effet la construction de nouvelles infrastructures, comme des oléoducs. 

Budapest souhaite un délai de cinq ans

La Commission avait d'abord proposé un délai supplémentaire jusqu'à fin 2023 pour Hongrie et Slovaquie, pour mettre en œuvre l'embargo sur le pétrole russe. La dérogation a été portée jusqu'à fin 2024 dans une nouvelle mouture du projet discutée vendredi et la République tchèque se voit également accorder une prolongation, selon des sources concordantes. 

Mais Budapest souhaite un délai de cinq ans. Pour assurer son approvisionnement en pétrole, la Hongrie aura besoin d'un nouvel oléoduc la reliant à la Croatie, qui dispose d'un accès à la mer. Elle réclame des garanties sur l'engagement de Zagreb à construire cette infrastructure et sur des financements européens, a expliqué un diplomate à l'AFP.

En 2021, la Russie a fourni 30% du brut et 15% des produits pétroliers achetés par l'UE.

La Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque et la Bulgarie, qui demandent une dérogation, représentent "un faible pourcentage" des achats européens de pétrole, a souligné la Commission. Mais l'objectif est de conserver l'unité des Vingt-Sept dans les sanctions contre Moscou.

Sur le même sujet

Dans son discours sur l'état de l'Union, Ursula Von der Leyen promet une réforme "profonde" du marché de l'électricité

Monde Europe

Guerre en Ukraine : feu vert à la construction de deux réacteurs par le russe Rosatom en Hongrie

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous