RTBFPasser au contenu
Rechercher

Info

Guerre en Ukraine : une résistance silencieuse émerge en Russie

Des policiers arrêtent une manifestante anti-guerre, le 24 février à Moscou.
26 févr. 2022 à 16:32 - mise à jour 26 févr. 2022 à 16:36Temps de lecture3 min
Par Daniel Fontaine

Ce sont de simples fleurs, attachées à un grillage proche de l’ambassade d’Ukraine à Moscou, vidée de ses diplomates. Elles sont le signe de la résistance silencieuse que certains Russes ont entamé contre la guerre lancée par leur président en Ukraine.

Les autorités russes ont interdit toute manifestation contestant l’offensive contre l’Ukraine, sous peine d’arrestation immédiate. Quelque 1700 personnes ont été interpellées pour avoir bravé l’interdit, à Moscou et à Saint-Petersbourg.

Loading...

Puisque les manifestations sont interdites, il reste le dépôt de fleurs devant l’ambassade ukrainienne à Moscou. Un jeune homme ose même y brandir une pancarte "pardon, frères". L’organisation de défense des droits humains OVD rapporte qu’une jeune femme a écopé de huit jours de prison à Rostov-sur-le-Don. Elle avait manifesté sa désapprobation silencieuse, seule, en tenant une pancarte blanche.

Loading...

Soutien, indifférence, malaise

La grande majorité des Russes restent cependant indifférents aux événements en Ukraine, voire soutiennent leur président, même si un malaise est perceptible. Les médias officiels leur parlent depuis des années des "fascistes" au pouvoir à Kiev qui commettent un "génocide" contre les russophones d’Ukraine.

Le musée d'art contemporain de Moscou Garage a annoncé fermer ses portes samedi, refusant "d'entretenir l'illusion de la normalité". Et deux députés communistes qui avaient voté pour la reconnaissance de l'indépendance des séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine mardi ont dénoncé l'invasion. "J'ai voté pour la paix, pas pour la guerre, pas pour qu'on bombarde Kiev", a écrit le député Mikhaïl Matveïev.

Le mot "guerre" est désormais interdit dans tous les médias russes par le régulateur des télécommunications. Une dizaine de médias indépendants qui ne suivaient pas le narratif officiel à la lettre ont été remis au pas. La télévision ne diffuse aucune image de guerre en Ukraine. Il est question d’une "opération spéciale" dans le Donbass et quelques images montrent des villes ukrainiennes calmes et désertes.

Il y a des gens en Russie qui n’acceptent pas les actes méprisables des autorités, qui ont fait de l’État et du peuple russes un instrument de leurs crimes

Face à la répression systématique des gestes de contestation, la résistance silencieuse se déplace dans le cyberespace. Les drapeaux ukrainiens fleurissent sur les photos de profils tout comme les émojis aux yeux baignés de larmes. Des célébrités plaident pour une cessation immédiate de cette guerre au coeur de l'Europe.

Plusieurs lettres ouvertes ou pétitions circulent. L’une des plus signées sur change.org (près de 800.000 à cette heure) lance cet appel : "Faites-le au moins pour montrer au monde qu’il y avait, qu’il y a et qu’il y aura des gens en Russie qui n’acceptent pas les actes méprisables des autorités, qui ont fait de l’État et du peuple russes un instrument de leurs crimes."

Sur les réseaux sociaux

Les opposants à la politique de Vladimir Poutine utilisent également les réseaux sociaux pour partager les informations inaccessibles ailleurs. La journaliste ukrainienne Anastasiia Lapatina se réjouit de voir "beaucoup de Russes, dont des célébrités, publier les discours quotidiens de Zélensky". Le président ukrainien a en effet entrepris de s’adresser en russe aux citoyens russes pour leur livrer sa version des événements.

"Aux citoyens de la Fédération de Russie qui sortent pour protester, nous vous voyons", dit-il dans une de ces vidéos. "Et cela signifie que vous nous avez entendus. Cela signifie que vous nous croyez. Combattez pour nous. Battez-vous contre la guerre"

Loading...

Mais l’accès aux réseaux sociaux devient ce samedi de plus en plus difficile en Russie. Il semble que les autorités des télécommunications tentent de limiter l’accès à des plateformes comme Facebook et Twitter.

Il faut dire que de plus en plus d’images y circulent qui doivent déplaire aux autorités russes. Une colonne de véhicules militaires russes calcinés. Des soldats russes capturés, parfois en larmes. Des chars russes en panne de carburant sur des routes ukrainiennes, et moqués par des automobilistes qui les dépassent.

Loading...

Certains Russes haut placés expriment en privé leur désapprobation et leurs craintes face à l’aventure lancée en Ukraine. Andy Hubder, président de la Chambre de commerce américaine en Ukraine dit recevoir des messages d’hommes d’affaires russes exprimant leur honte et leur désolation. Il les exhorte à s’exprimer publiquement, ce qui revient à les envoyer en prison et à les ruiner.

Loading...

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : Zelensky dit avoir "cassé le plan" de la Russie

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : faut-il interdire Russia Today, le média "alternatif" du Kremlin ?

Info

Articles recommandés pour vous