RTBFPasser au contenu
Rechercher

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : une centaine de sites du patrimoine ukrainien ont été endommagés, selon l'Unesco

La barre des 100 sites du patrimoine ukrainien endommagés ou totalement détruits depuis le début de l'offensive militaire russe en Ukraine le 24 février est sur le point d'être franchie, alerte le directeur du centre du patrimoine mondial de l'Unesco dans un entretien à l'AFP mercredi.

Signataires de la convention de la Haye de 1954, l'Ukraine et la Russie ont l'obligation de protéger le patrimoine culturel en cas de conflit armé, souligne le Camerounais Lazare Eloundou Assomo, rappelant que la "destruction délibérée de sites marqués par l'emblème bleu" de la convention peut être considérée comme un crime de guerre. 

"La barre des 100 sites endommagés ou totalement détruits va être franchie jeudi ou vendredi, nous sommes ce mercredi matin à 98 sites et monuments recensés dans huit régions du pays", a indiqué M. Assomo.

Monuments des époques médiévale et soviétique

Parmi ces sites, explique-t-il, il y a des monuments historiques, certains qui datent du XIe ou XIIe siècle, et d'autres à l'architecture de l'époque soviétique du début du 20e siècle. Il y a également des églises, des cathédrales, avec des objets liturgiques uniques, des théâtres, comme celui de Marioupol, des bibliothèques et d'autres bâtiments d'archives, des monuments construits à la gloire de l'histoire de l'Ukraine. 

"Le bilan pourrait encore s'alourdir : il y a des villes qui commencent à être accessibles et où l'on commence à voir que les dommages peuvent avoir été beaucoup plus graves que ce qu'on imaginait, et il y a d'autres endroits où les combats se sont intensifiés ou vont s'intensifier dans les prochains jours, donc nous sommes toujours très préoccupés", souligne M. Assomo. 

"C'est dramatique", insiste-t-il. "C'est toute une histoire, toute une identité, qui est affectée par ces destructions. Certains de ces sites et de ces monuments mettront du temps à être reconstruits et d'autres ne pourront probablement pas l'être".

La guerre se poursuit et certaines zones restent inaccessibles, ce qui ne facilite en rien le recensement des sites endommagés ou détruits, concède M. Assomo. 

"Des informations nous remontent des autorités ukrainiennes, nous les croisons avec des informations qui nous parviennent des professionnels du patrimoine et avec celles de la presse sur le terrain", explique-t-il. "Nous avons également un partenariat avec Unitar-Unosat, le centre satellitaire de l'Onu, ce qui nous permet d'avoir des photos satellites".

C'est toute une histoire, toute une identité, qui est affectée par ces destructions

Avec la transposition de toutes ces informations, le centre du patrimoine mondial de l'Unesco arrive à confirmer l'état de dégradation des sites en question. "La meilleure vérification des dommages reste bien évidemment de se rendre sur le terrain, ce que nous faisons est une vérification de première étape", ajoute M. Assomo qui précise que les sept sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco n'ont pour l'instant pas été endommagés, selon les informations dont il dispose.

Evoquant par ailleurs les mesures mises en place pour prévenir les destructions et bombardements, M. Assomo a précisé que l'Unesco est en contact étroit avec les professionnels ukrainiens qui prennent tous les jours des risques pour sauvegarder leur Histoire et le patrimoine, afin de leur délivrer des conseils techniques et des équipements, pour parer par exemple à des incendies et à des bombardements. 

En situation de guerre, il y a des trafics qui peuvent se mettre en place. "C'est pour cela que l'Unesco a appelé à ce que les pays, notamment frontaliers, soient vigilants sur le patrimoine, les objets culturels, qui pourraient venir d'Ukraine, nous travaillons avec Interpol et avec nos partenaires pour prévenir cela". 

L'Ukraine et la Russie ont toutes les deux signé la convention de la Haye de 1954 et ont donc l'obligation de protéger le patrimoine culturel en cas de conflit armé. 

Cette convention prévoit notamment qu'en cas d'hostilités, les bâtiments soient marqués avec l'emblème de la convention de 1954 - un bouclier bleu - et que ces bâtiments ne puissent ni être ciblés intentionnellement ni être victimes collatérales des combats ou des bombardements.

"C'est une violation du droit international, et ça peut aussi être considéré comme un crime de guerre, c'est pour cela que nous avons encouragé et que nous assistons les autorités ukrainiennes à faire ce marquage là, ce qu'ils ont commencé à faire à Kiev", a fait remarquer M. Assomo.

Extrait du JT du 17 mars:

Guerre en Ukraine : le Maire de Marioupol réagit à la destruction du théâtre de la ville

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : la culture du borchtch ukrainien considérée comme en péril par l’Unesco

Guerre en Ukraine

Invasion de l'Ukraine - "Établir s'il y a des crimes de guerre avant de parler de génocide"

Info

Articles recommandés pour vous