RTBFPasser au contenu
Rechercher

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : l’UE prudente face aux volontés d’adhésion de l’Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie

03 mars 2022 à 14:28Temps de lecture2 min
Par Belga

Le Conseil (États membres) s’attend à recevoir dans les prochains jours des demandes de la Géorgie et de la Moldavie d’être reconnues candidates à l’adhésion à l’UE, a indiqué jeudi matin une source européenne. Ces pays ne sont actuellement considérés ni comme candidats ni comme candidats potentiels à l’adhésion à l’Union. Cette nouvelle arrive après les demandes répétées du président ukrainien Volodymyr Zelensky ces derniers jours d’une adhésion rapide de son pays au bloc européen, face à l’invasion russe.

Interrogée jeudi en conférence de presse au sujet des trois pays, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ne s’est pas prononcée en faveur d’une procédure accélérée, qui d’ailleurs n’est pas prévue par les traités. Elle a cependant répété que selon elle les citoyens ukrainiens, "qui défendent nos valeurs, avec leurs vies, appartiennent à la famille européenne". Rappelant que l’UE et l’Ukraine ont déjà une collaboration poussée via un accord d’association, elle a assuré de son intention de poursuivre les rapprochements.

"Dans l’immédiat notre priorité est d’arrêter cette guerre"

La lettre envoyée par le président Zelensky "a enclenché un processus, et cela sera discuté avec les États membres", mais "dans l’immédiat notre priorité est d’arrêter cette guerre", a ajouté Ursula von der Leyen.

Le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, a porté un message similaire en Moldavie, où il était en visite jeudi : "nous croyons fortement au fait que la Moldavie appartient à la famille européenne", a souligné l’Espagnol en conférence de presse, aux côtés de la présidente Maia Sandu. "Nous continuerons de coopérer intensément sur base de notre accord d’association".

Selon une source européenne, une hypothétique procédure accélérée ("fast track") serait une question à discuter entre chefs d’État et de gouvernement des 27. Ces derniers se retrouvent jeudi 10 mars prochain à Paris en sommet informel.

La situation en Ukraine crée de nouveaux paramètres

"Certains États membres sont plutôt prudents, d’autres veulent qu’on accélère […] Ce qui se passe en Ukraine va cependant créer de nouveaux paramètres, je pense", a indiqué ce responsable. Fondamentalement, la politique d’élargissement est cependant vue de manière différente à travers l’UE. "Dans les États à l’est, l’élargissement est vu comme une manière de stabiliser les pays voisins. A l’ouest, on voit ça plutôt comme une manière d’intégrer une famille, une communauté de valeurs, ce qui nécessite d’importantes réformes". Hors de la question des délais, la question de l’Ukraine est en tout cas délicate, "vu qu’il s’agit ici d’un pays en guerre, et avec une partie occupée".

Enfin, mardi, le Premier ministre belge Alexander De Croo avait souligné que l’adhésion d’un pays à l’Union européenne était un processus long et exigeant en termes de réformes attendues. Mais il avait ajouté que la main tendue par l’Ukraine pourrait être saisie via "une autre forme de partenariat" qui permette d’y répondre rapidement.

Loading...

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : la Moldavie a officiellement déposé sa candidature à l'UE

Monde Europe

Guerre en Ukraine : début des pourparlers Russie-Ukraine à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous