RTBFPasser au contenu
Rechercher

Régions Brabant wallon

Guerre en Ukraine : l’UCLouvain s’apprête à accueillir une première vague d’étudiants réfugiés ukrainiens

L’université prévoit d’accompagner ces étudiants dans la poursuite de leur cursus, mais aussi de leur offrir un accompagnement psychologique, social et administratif

Parmi ceux qui ont fui l’Ukraine, il y a de nombreux étudiants qui ont dû interrompre brutalement leur cursus universitaire. Ils seront une dizaine cette semaine à rejoindre les auditoires et labos de l’UCLouvain. L’université a mis sur pied il y a cinq ans un programme d’accueil spécifiquement destiné aux réfugiés, "Access 2 University". Dans ce cadre, elle accueillera cette semaine une première cohorte d’une dizaine d’étudiants venus d’Ukraine. Le programme s’adapte spécifiquement à ces réfugiés, qui arrivent en nombre d’un coup et dont les arrivées groupées vont sans doute se succéder de semaine en semaine. "On s’attend à voir des étudiants, mais aussi des doctorants et des chercheurs, explique Dana Samson, prorectrice à l’international. Donc nous élargissons les activités possibles : ils n’auront pas simplement accès à des cours mais aussi à des laboratoires, discuter avec des collègues. Il faudra évidemment leur trouver des activités appropriées jusqu’en juin, sachant qu’on est déjà en mars".

Un accompagnement pour une durée indéterminée

Généralement, les étudiants réfugiés accueillis dans le cadre de ce programme commencent leur parcours en début d’année académique. Dans ce cas-ci, ils intégreront les auditoires en cours de route. L’idée est de leur garantir la continuité de leurs études, ou du moins un lien avec le monde académique. "Pour l’avenir, il faudra voir comment les choses se dessinent, poursuit Dana Samson. Ce serait évidemment une bonne chose pour ces personnes si elles peuvent retourner un jour chez elles, ce qu’elles espèrent sans doute aussi". L’accompagnement ne sera pas uniquement académique. L’université compte aussi leur offrir un soutien psychologique, social et administratif. "Pour ce qui est du logement, nous nous mettons en contact avec notre réseau de contacts. Nous savons que certains sont déjà hébergés dans de la famille, c’est vraiment du cas par cas", ajoute notre interlocutrice.

La langue n’est pas vue comme un obstacle

Reste la question de la langue. Un obstacle qui devrait être facilement surmonté. "Dans le monde académique, les personnes ont généralement des connaissances de base en anglais, ce qui va déjà aider, rassure la prorectrice. Mais aussi, grâce à la solidarité au sein de notre communauté, nous avons eu une série de personnes volontaires, des étudiants, des membres du personnel, qui parlent le russe ou l’ukrainien". De nombreux étudiants et membres du personnel se sont également proposés pour "parrainer" les nouveaux venus. On ne connaît cela dit pas encore le profil de la dizaine de personnes qui vont arriver ce mercredi sur le campus de Louvain-la-Neuve, mais il s’agira fort probablement d’une majorité de femmes.

Sur le même sujet

Réfugiés ukrainiens : Bart De Wever critique une nouvelle fois vivement le secrétaire d’État Sammy Mahdi

Guerre en Ukraine

Octroi du revenu d’insertion aux réfugiés ukrainiens : Jan Jambon demande un "cadre de directives plus contraignant" pour les CPAS

Belgique

Articles recommandés pour vous