Monde

Guerre en Ukraine : le point sur le 136e jour de conflit

© AFP or licensors

09 juil. 2022 à 06:11 - mise à jour 09 juil. 2022 à 09:55Temps de lecture4 min
Par Miguel Allo et Lavinia Rotili avec agences

Ce samedi, l’armée russe a continué à bombarder l’Ukraine, même si son offensive a diminué d’intensité. Entre-temps, les Etats-Unis promettent de nouvelles aides militaires et humanitaires pour les Ukrainiens. Le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken a rencontré son homologue chinois Wang Yi et lui a demandé de prendre ses distances avec Moscou et de condamner "l’agression" russe contre l’Ukraine.

"Un bombardement incessant"

"Toute la ligne de front est sous un bombardement incessant", a affirmé vendredi soir le gouverneur du Donetsk, Pavlo Kyrylenko, sur Telegram. "Ils n’arrêtent pas de bombarder dans la direction de Donetsk […] Bakhmout est bombardé, Sloviansk est bombardé jour et nuit, Kramatorsk…"

L’état-major ukrainien a de son côté rapporté samedi des bombardements russes dans l’Est et sur Kharkiv, mais pas d’offensive terrestre. Les troupes de Moscou ne semblent pas mener actuellement d’assauts hormis une tentative sur Dolomitné, près de Bakhmout.

Quatre personnes ont été blessées à Kharkiv, la deuxième ville du pays, selon le gouverneur régional Oleg Synegoubov. A Droujkivka, au sud de Kramatorsk, une attaque de missiles présumée a laissé un énorme cratère devant un supermarché lui-même endommagé.

Les Russes "ont besoin de régénérer leur puissance", selon l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW)

"Les troupes russes qui ont pris Severodonetsk et Lyssytchansk ont manifestement besoin de régénérer leur puissance de combat et de renforcer leurs capacités de soutien, notamment en matière de ravitaillement, avant de lancer une autre opération offensive de grande envergure", analyse l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW).

Severodonetsk et Lyssytchansk étaient des villes clé dont la capture récente a permis à Moscou de s’emparer de l’intégralité du Lougansk, l’une des deux régions composant le Donbass. Contrôler l’intégralité du Donetsk, le second territoire composant le Donbass, est un impératif russe.

Les forces russes, en "pause opérationnelle" depuis jeudi, "continuent cependant de mener des opérations offensives plus limitées", impliquant moins de troupes que les semaines passées, et avec des objectifs "plus localisés", selon l’ISW.

A Kryvy Rig, ville natale du président ukrainien Volodymyr Zelensky des bombardements russes ont fait au moins un mort et deux blessés.

Moscou assure en outre avoir infligé des dégâts importants à l’armée et au matériel ukrainien dans les régions de Mykolaïv (Sud) et Dnipro.

De nouvelles aides américaines

Le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken vient de confirmer que les Etats-Unis enverront 400 millions de dollars supplémentaires en armes et équipements de guerre. A cela, il faut ajouter les 368 millions de dollars d’aide humanitaire supplémentaire promis par les Etats-Unis pour aider à la fois les Ukrainiens restés au pays et ceux qui ont fui le territoire.

Des chars russes des années 1950

La Russie rassemble de nouvelles forces près de l’Ukraine en vue de "futures opérations offensives", pour lesquelles elle emploiera de nombreux véhicules blindés MT-LB, conçus dans les années 1950 comme "un tracteur pour tirer l’artillerie, avec un blindage très limité et une mitraillette pour se protéger", affirme le ministère britannique de la Défense.

Nombre de renforts russes sont déployés "avec des équipements obsolètes ou inappropriés", observe Londres, réagissant à un discours du président Vladimir Poutine, qui prétendait jeudi que la Russie n’avait "pas encore commencé les choses sérieuses" en Ukraine.

Les Etats-Unis rencontrent la Chine

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken lors d’une rencontre samedi sur l’île indonésienne de Bali avec son homologue chinois Wang Yi, lui a demandé de prendre ses distances avec Moscou et de condamner "l’agression" russe contre l’Ukraine.

"C’est le moment où nous devons tous nous lever, comme l’ont fait les pays du G20 les uns après les autres, pour condamner l’agression et exiger, entre autres, que la Russie autorise l’accès aux denrées alimentaires bloquées en Ukraine", a déclaré M. Blinken.

Vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait claqué la porte de la réunion avec ses homologues du G20 après avoir essuyé un torrent de critiques concernant l’invasion russe de l’Ukraine.

Des soldats ukrainiens seront entraînés au Royaume-Uni

Un premier groupe de soldats ukrainiens est arrivé au Royaume-Uni pour y être entraîné, dans le cadre du soutien de Londres à Kiev depuis l’invasion russe en Ukraine, a annoncé samedi le gouvernement britannique.
 
"Cet ambitieux nouveau programme d’entraînement est la prochaine phase du soutien du Royaume-Uni aux forces armées d’Ukraine dans leur combat contre l’agression russe", a déclaré dans un communiqué le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace.
 
Grâce à "l’expertise" de l’armée britannique, "nous aiderons l’Ukraine à reconstruire ses forces et intensifier sa résistance pour défendre la souveraineté de son pays et son droit de choisir son propre avenir", a ajouté le ministre qui a assisté à des entraînements cette semaine.

Kiev limoge plusieurs de ses ambassadeurs

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a limogé l’ambassadeur d’Ukraine en Allemagne Andrij Melnyk. Le diplomate a été critiqué pour ses propos sur le nationaliste et antisémite ukrainien Stepan Bandera.

Bandera était le chef de l’aile radicale de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa réputation est controversée : tantôt il est considéré comme un héros de la résistance contre l’URSS, tantôt il est considéré comme un collaborateur des nazis. Après la guerre, il s’installe en Allemagne. Il a été condamné à mort par contumace en Union soviétique et assassiné par un agent du KGB à Munich en 1959.
 
L’ambassadeur Melnyk, connu pour avoir critiqué la réponse allemande à la guerre en Ukraine, avait défendu Bandera lors d’une interview avec un journaliste allemand. Pour lui, il s’agit d’un héros discrédité par l’URSS mais "pas d’un meurtrier de Juifs et Polonais."
 
Ses propos ont provoqué de nombreuses critiques, y compris de la part de l’ambassade d’Israël, car accusés de déformer l’histoire et minimiser l’Holocauste. Selon des rumeurs rapportées par les médias allemands, Melnyk pourrait désormais travailler au ministère des Affaires étrangères ou même devenir vice-ministre des Affaires étrangères.

Par le même décret qui a limogé l’ambassadeur allemand, les ambassadeurs ukrainiens en Norvège, en République tchèque, en Hongrie et en Inde seront également licenciés. Aucune explication n’a été communiquée.

Voici tous les événements marquants de cette 136e journée de conflit.

Loading...

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine ce 11 juillet : Kiev redoute une nouvelle offensive russe dans le Donbass, l'UE craint des coupures de gaz

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : des soldats ukrainiens entrainés au Royaume-Uni

Monde

Articles recommandés pour vous