RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Guerre en Ukraine : le jumelage entre la Ville de Bruxelles et Moscou est suspendu

Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles.
28 juin 2022 à 06:01 - mise à jour 28 juin 2022 à 13:46Temps de lecture4 min
Par Karim Fadoul

Le jumelage entre la Ville de Bruxelles et Moscou est suspendu mais pas arrêté : c’est ce qu’a confirmé ce lundi au conseil communal le bourgmestre Philippe Close (PS) en réponse à une proposition de motion de l’élu Mathias Vanden Borre (N-VA).

Celui-ci demandait au collège de "briser" le jumelage avec la ville de Moscou, conclu en 1978, pour nouer un nouveau contrat avec la ville de Kiev en Ukraine. Selon le nationaliste-flamand, il s’agit de montrer de manière plus officielle le soutien de Bruxelles à la capitale de l’Ukraine, pays envahi par l’armée russe depuis le mois de février dernier.

"Cette motion est simple et claire : c’est un signal politique vers la Russie, vers Moscou pour dire que nous ne tolérons pas l’agression et la guerre en Ukraine", a expliqué Mathias Vanden Borre lors du conseil communal. "Ce peut être le premier signal d’une série." Le N-VA entendait également souligner la position de Bruxelles en tant que capitale européenne et internationale. "L’idée est également de voir ce que nous pouvons faire de plus pour soutenir et aider le peuple ukrainien."

Le jumelage n’a jamais été activé

Mais la motion a été rejetée par la majorité PS-Ecolo-DéFi. "Il est vrai qu’un jumelage existe depuis 1978 (NDLR : sous le mayorat de Pierre Van Halteren) mais celui-ci n’a jamais été véritablement activé", a répondu Philippe Close qui a toutefois remercié le mandataire NV-A d’avoir rappelé l’existence de ce jumelage.

Le bourgmestre a précisé que depuis plusieurs années, la Ville de Bruxelles ne conclut plus de jumelages mais préfère les collaborations structurelles et concrètes.

"Cela vaut aussi pour Kiev", que le bourgmestre a visité début du mois de mai. A cette occasion, la mission menée par Bruxelles a permis la livraison de trois tonnes de matériel médical et deux ambulances, fournies par les pompiers de Bruxelles. Philippe Close avait également été reçu par son homologue, le maire de la capitale ukrainienne Vitaly Klitschko. Une aide financière a été fournie dans le cadre de la lutte contre les violences sexuelles en temps de guerre. Des échanges culturels sont également au programme avec des expositions prévues à Bruxelles.

"Etant donné que nous avons des échanges concrets avec Kiev et que nous avons suspendu le jumelage avec Moscou, nous ne soutenons pas cette motion", a ainsi conclu le bourgmestre.

Beaucoup de Moscovites ne soutiennent pas la politique de Poutine

La motion de la N-VA n’a pas non plus été soutenue par l’opposition MR et CD&V. "Il est important de rappeler que beaucoup de Moscovites ne soutiennent pas la politique de Poutine", a indiqué Bianca Debaets (CD&V). "Il est donc important de soutenir l’opposition, les acteurs progressistes et les acteurs culturels en Russie. Couper les ponts avec Moscou, c’est aussi couper les ponts avec ces personnes."

"Nous nous abstenons parce que nous ne sommes pas du tout favorables à carrément rompre tous les liens avec une ville comme Moscou", a expliqué de son côté David Weytsman (MR). "Nous sommes davantage favorables à une suspension des liens. Peut-être avec des bonnes volontés, des citoyens plus engagés voire peut-être même avec quelques personnalités à Moscou qui se distancient de plus en plus du régime du Kremlin, il serait peut-être plus intéressant de maintenir les liens."

Mathilde El Bakri (PTB) dit condamner l’agression russe en Ukraine mais "pour nous, le plus important, c’est d’arrêter la guerre. C’est cela qui nous semble le plus important, à tous les niveaux. Si la Ville de Bruxelles doit donner un signal, c’est plutôt pour construire ces négociations vers une solution de paix. Quant au jumelage, nous sommes pour le mettre au frigo car ce jumelage existe depuis les années 70, il perdure dans le temps, quel que soit le pouvoir en place."

En 1999, le jumelage encore Bruxelles et Moscou a toutefois accouché d’une réalisation concrète : l’inauguration de la place Pouchkine à Laeken.

Notons que la Ville de Liège a, dès l’entame de l’invasion ukrainienne, suspendu son jumelage avec la ville russe de Volgograd.

Loading...

"Etant donné que nous avons des échanges concrets avec Kiev et que nous avons suspendu le jumelage avec Moscou, nous ne soutenons pas cette motion", a ainsi conclu le bourgmestre.

Beaucoup de Moscovites ne soutiennent pas la politique de Poutine

La motion de la N-VA n’a pas non plus été soutenue par l’opposition MR et CD&V. "Il est important de rappeler que beaucoup de Moscovites ne soutiennent pas la politique de Poutine", a indiqué Bianca Debaets (CD&V). "Il est donc important de soutenir l’opposition, les acteurs progressistes et les acteurs culturels en Russie. Couper les ponts avec Moscou, c’est aussi couper les ponts avec ces personnes."

"Nous nous abstenons parce que nous ne sommes pas du tout favorables à carrément rompre tous les liens avec une ville comme Moscou", a expliqué de son côté David Weytsman (MR). "Nous sommes davantage favorables à une suspension des liens. Peut-être avec des bonnes volontés, des citoyens plus engagés voire peut-être même avec quelques personnalités à Moscou qui se distancient de plus en plus du régime du Kremlin, il serait peut-être plus intéressant de maintenir les liens."

Mathilde El Bakri (PTB) dit condamner l’agression russe en Ukraine mais "pour nous, le plus important, c’est d’arrêter la guerre. C’est cela qui nous semble le plus important, à tous les niveaux. Si la Ville de Bruxelles doit donner un signal, c’est plutôt pour construire ces négociations vers une solution de paix. Quant au jumelage, nous sommes pour le mettre au frigo car ce jumelage existe depuis les années 70, il perdure dans le temps, quel que soit le pouvoir en place."

En 1999, le jumelage entre Bruxelles et Moscou a accouché d’une réalisation concrète : l’inauguration de la place Pouchkine à Laeken.

Notons que la Ville de Liège a, dès l’entame de l’invasion ukrainienne, suspendu son jumelage avec la ville russe de Volgograd.

Guerre en Ukraine : De Croo confirme à Zelensky le soutien de la Belgique à la candidature de Kiev à l'UE

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : Poutine exclu du G20 de novembre, la Turquie valide la candidature de la Suède et la Finlande à l'Otan

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : le maire élu de Kherson arrêté par les forces d'occupation prorusses

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous