Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la Bulgarie, privée de gaz russe et acculée énergétiquement, veut renégocier avec Gazprom

© DPA

22 août 2022 à 16:36Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Victor de Thier

La Bulgarie, un des premiers pays victimes en avril de l'interruption des livraisons de gaz russe, s'est dite prête lundi à reprendre les négociations avec le géant Gazprom par crainte de pénurie cet hiver.

Ce pays des Balkans, jusqu'alors très dépendant énergétiquement de Moscou, avait refusé de payer en roubles et multiplié les initiatives pour diversifier ses sources d'approvisionnement.

Mais le Premier ministre pro-européen Kiril Petkov a été renversé en juin par une motion de censure et le cabinet intérimaire mis en place dans la foulée a appelé à "davantage de modération" vis-à-vis de la Russie, dont la Bulgarie est historiquement proche.

Des négociations "désormais inévitables"

"Des négociations avec Gazprom Export pour reprendre les livraisons du contrat actuel", qui se termine fin décembre, "sont désormais inévitables", a déclaré le ministre de l'Energie Rossen Hristov lors d'une conférence de presse.

Il s'agit de la seule solution pour obtenir un tarif acceptable pour les entreprises, a-t-il expliqué, après avoir convoqué patronat et syndicats pour appuyer ce changement de stratégie.

"Les négociations avec Gazprom seront difficiles", a toutefois prévenu le responsable, soulignant que la suite dépendrait du gouvernement qui sortira des urnes début octobre.

Pays "inamicaux"

En réplique aux sanctions imposées par l'Union européenne à la suite de l'offensive russe en Ukraine, le président Vladimir Poutine a réclamé que les acheteurs de gaz russe de pays "inamicaux" payent en roubles depuis des comptes en Russie sous peine d'être privés d'approvisionnement.

Ceux qui n'ont pas obtempéré ont vu leur robinet coupé: outre la Bulgarie, c'est le cas de la Pologne, du Danemark, de la Finlande, des Pays-Bas et de la Lettonie. Chez les autres, les flux vers l'Europe se tarissent: ils étaient en baisse d'environ 70% en juillet sur un an.

Gazprom suspend sa livraison de gaz vers la Pologne et la Bulgarie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Rejetant tout nouveau recours à Gazprom, M. Petkov avait accéléré la mise en place d'un nouveau gazoduc d'interconnexion avec la Grèce voisine, pour recevoir du gaz azéri à compter d'octobre. Il avait également négocié des livraisons de gaz naturel liquéfié (GNL) des Etats-Unis.

Mais ces efforts ne suffisent pas, selon le nouveau gouvernement. Les livraisons ne sont garanties que pour septembre et seulement partiellement pour octobre, a précisé lundi M. Hristov pour justifier cette décision de renouer le contact avec Gazprom.

Sur le même sujet

Bulgarie : nouvelles élections, dans l'angoisse de la flambée des prix

Monde Europe

Crise énergétique : Gazprom dit livrer du gaz à l’Europe par un autre canal que Nord Stream 1

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous