Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : Kiev dénonce "l’inaction" de la Croix-Rouge pour les prisonniers ukrainiens aux mains des Russes

© AFP or licensors

18 oct. 2022 à 19:36Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Marine Lambrecht

Kiev a dénoncé mardi "l’inaction" du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour aider ses soldats prisonniers des Russes auxquels l’organisation internationale n’a pas encore pu rendre visite.

"Malheureusement, à chaque échange, nous constatons que l’inaction du CICR a conduit à ce que nos prisonniers de guerre et otages civils soient quotidiennement torturés par la faim, par des électrocutions", a regretté le chargé des droits humains ukrainien, Dmytro Loubinets, cité dans un communiqué de la présidence.

Selon lui, le CICR ne remplit pas son mandat, qui prévoit la visite de prisonniers militaires et civils dans les zones de conflit.

Le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak, a de son côté affirmé que "l’Ukraine attend et exige de la part du CICR la détermination adéquate pour obtenir l’accès aux prisonniers ukrainiens à Olenivka".

Les conditions sanitaires dans cette prison, située dans la partie occupée par les Russes de la région de Donetsk (est), ont été largement dénoncées par l’ONU, et Kiev a demandé à plusieurs reprises qu’une équipe du CICR se rende sur place.

"Nous ne voyons pas que le CICR s’emploie à protéger nos prisonniers", a encore fustigé mardi M. Iermak, dénonçant au passage la position "destructrice et cynique" de la Russie.

Vendredi dernier, le CICR avait de son côté réclamé l’accès "immédiat et sans entrave" aux milliers de prisonniers de guerre du conflit en Ukraine, auxquels il n’a pas encore pu rendre visite.

Le porte-parole du CICR, Ewan Watson, avait répété que "nos équipes sont prêtes sur le terrain" à se rendre à la prison d’Olenivka, mais il avait aussi refusé d’entrer dans les détails sur la question de savoir si Kiev et Moscou collaboraient plus activement avec l’organisation.

Le CICR a déjà pu visiter "des centaines de prisonniers de guerre des deux côtés", avait rappelé M. Watson, soulignant aussi que son organisation avait mis en place un dispositif permettant de donner des nouvelles aux familles et aux proches.

 

Sur le même sujet :

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères propose de rompre ses liens diplomatiques avec l’Iran

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous