RTBFPasser au contenu
Rechercher

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : de nombreux Russes contournent la censure grâce aux VPN américains

Un ouvrier transporte une grille sur la place Rouge aux abords du Kremlin, en mars 2022.
03 juil. 2022 à 06:51Temps de lecture2 min
Par AFP, édité par Paul Verdeau

Le gouvernement américain finance des outils de contournement de la censure en Russie devenus essentiels pour de nombreux citoyens et militants, qui risqueraient autrement de se retrouver coupés du monde.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, Moscou a intensifié sa propagande et restreint drastiquement l’accès aux sources d’informations non officielles -- c’est-à-dire les médias qui parlent de la guerre et non d’une "opération spéciale" contre des "nazis".

En début d’année, le réseau virtuel privé (VPN) Psiphon, qui permet de contourner la censure, enregistrait environ 48.000 connexions par jour en Russie.

Elles ont été multipliées par 20 mi-mars, à la période où le gouvernement a interdit Facebook, Instagram et Twitter. Et aujourd’hui, le réseau affirme compter plus de 1,45 million d’utilisateurs quotidiens en moyenne.

"La télévision russe ne diffuse qu’une propagande horrible d’incitation à la haine et au meurtre", affirme Natalia Krapiva, juriste de l’ONG américaine Access Now.

Sans le soutien financier de l’administration américaine, "nous n’aurions simplement pas les moyens de fournir des outils aussi sophistiqués, et donc d’avoir un tel impact", indique Dirk Rodenburg, un directeur de Psiphon.

Psiphon, comme Lantern et nthLink, est soutenu par l’OTF (Open Technology Fund), un fonds du gouvernement, qui dépense quelque 3 à 4 millions de dollars par an pour financer des VPN dans le monde, au nom de la liberté d’expression.

Avant la guerre en Ukraine, Moscou avait plus recours à l’intimidation politique des opposants qu’aux méthodes informatiques.

"Ils n’étaient pas prêts à bloquer quoi que ce soit", remarque le porte-parole de Lantern. "Il y avait clairement un parallèle entre l’incompétence militaire russe et l’incompétence sur internet."

De l’avis des différents experts interrogés, les autorités russes ont rattrapé leur retard, mais les outils anti-censure tiennent le choc.

En mars, la Russie a adopté une loi punissant les "fausses informations" discréditant l’armée russe.

Selon Natalia Krapiva, les arrestations restent rares pour l’instant, mais beaucoup de journalistes et militants qui ont reçu un premier avertissement des autorités choisissent de s’exiler.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : six morts après les tirs sur Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la Russie affirme avoir conquis Lyssytchansk et toute la région de Lougansk

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous