Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine ce 19 octobre : Poutine instaure la loi martiale dans les territoires occupés (revivez notre direct)

© Getty Images

19 oct. 2022 à 05:29 - mise à jour 19 oct. 2022 à 18:35Temps de lecture2 min
Par Xavier Lambert avec Sandro Faes Parisi

Tandis que les tensions liées à la mobilisation partielle continuent de miner la société en Russie, sur le champ de bataille l’armée s’apprête à évacuer la population de Kherson, ville du sud de l’Ukraine où ses troupes sont confrontées à une situation particulièrement "tendue" face aux forces armées ukrainiennes qui ont lancé l’offensive en direction de Novaya Kamenka-Berislava a déclaré le chef adjoint de l’administration régionale pro-russe Kirill Stremousov. À Moscou, Poutine a annoncé décréter la loi martiale dans les quatre régions annexées en septembre lors du Conseil de Sécurité d’urgence de ce mercredi retransmis à la télévision. Un Conseil de Sécurité où le ministre de la Défense Choïgou brillait par son absence, malgré le fait qu’il en soit un membre permanent.

Kherson que certains analystes identifient comme possible cible d’une frappe nucléaire tactique russe. Est-ce pour cette raison que le secrétaire d’État britannique à la Défense Ben Wallace s’est rendu à Washington ? La nature secrète et de dernière minute du voyage révélée par un collaborateur du ministère de la Défense a fait naître les plus folles rumeurs de l’autre côté de la Manche où l’escalade en Ukraine est considérée comme très inquiétante.

Pendant ce temps, l’opérateur ukrainien Energoatom a accusé mardi la Russie d’avoir "enlevé" deux cadres de la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d’Europe, qu’elle occupe depuis mars dans le sud de l’Ukraine. Selon Energoatom, le chef du service informatique Oleg Kostioukov et l’adjoint au directeur de la centrale Oleg Ocheka ont été emmenés par les forces russes lundi "vers une destination inconnue".

Des accusations qui interviennent alors que les autorités d’occupation pro-russes ont déclaré avoir repoussé une tentative des forces spéciales ukrainiennes de reprendre le contrôle de la centrale nucléaire.

Et alors que les discussions vont bon train en Italie pour la formation du nouveau gouvernement de centre-droite, c’est en Russie que Silvio Berlusconi, l’un des leaders de la droite fait parler de lui. Ses déclarations selon lesquelles "l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN se transformerait en une guerre mondiale" et "Poutine est un amoureux de la paix", font la une de plusieurs médias. Berlusconi n’a jamais caché son amitié pour le maître du Kremlin avec qui il a toujours entretenu de très bonnes relations. En 2015 d’ailleurs Berlusconi avait visité la Crimée, fraîchement annexée, en compagnie de Poutine. Un président russe qui aurait encore tout récemment envoyé 20 bouteilles de vodka à son ami italien pour ses 86 ans. Lequel lui aurait fait parvenir en remerciement une bouteille de Lambrusco.

Revivez les événements de ce 19 octobre dans notre live :

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous