RTBFPasser au contenu

Gouvernement Michel: le "jobs deal" est-il condamné par les affaires courantes?

Gouvernement Michel: le "jobs deal" est-il condamné par les affaires courantes?

Le gouvernement Michel va-t-il avancer sur le projet du jobs deal ? L'équipe est en affaire courantes, depuis le 21 décembre, depuis que le Roi a accepté la démission du gouvernement. Mais, malgré ce contexte, dans certains partis de l'ancienne majorité, beaucoup se disent prêts à voter les textes du jobs deal à la Chambre.

Le jobs deal était la principale mesure décidée par le gouvernement en juillet dernier. Et son but était de lutter contre les métiers en pénurie. Il y aurait, selon les chiffres avancés par le gouvernement Michel, 135 000 emplois vacants en Belgique. Et avec le jobs deal, 12 500 emplois pouvaient être créés, ce qui aurait entraîné, toujours selon le gouvernement Michel, une baisse des dépenses de chômage, plus de recettes fiscales et plus de recettes ONSS.

Et pour y arriver, le gouvernement souhaitait notamment accélérer la dégressivité des allocations de chômage. Mais ce point n'a jamais été approuvé officiellement par le conseil des ministres. Il prévoyait que, pendant 6 mois, l'allocation de chômage aurait été plus importante qu'aujourd'hui mais après, elle aurait diminué beaucoup plus rapidement. Une mesure ciblée et dénoncée par les syndicats mais qui plaît toujours à l'Open VLD et à la N-VA. Mais au CD&V, aujourd'hui vu le contexte d'un gouvernement en affaires courantes et à l'approche des élections, on se montre prudent sur cette mesure. Bref, sur cette base-là, il n'est pas sûr que même sur ce point, les 4 partis de l'ex-majorité puissent se mettre d'accord et encore voter le texte au parlement.