RTBFPasser au contenu

Google a 20 ans: qui a-t-il tué et quelles sont les alternatives?

Google a 20 ans: qui a-t-il tué et quelles sont les alternatives?
23 sept. 2018 à 12:59 - mise à jour 23 sept. 2018 à 12:593 min
Par Jean-Claude Verset

En deux décennies, Google a fait le vide autour de lui. Et cela, grâce une arme fatale: le Page ranking, un algorithme d'analyse qui mesure la popularité d'une page web. Ce PageRanking a vraiment écrasé les moteurs de recherche généralement basés sur la simple indexation des sites.

Mais il faut rendre à Cesar ce qui appartient à César. Ce n’est pas Apple qui a inventé la souris, mais Xerox, le Système d’exploitation MS-DOS n’a pas été inventé IBM, mais racheté à Bill Gates qui, lui-même l'avait racheté à un développeur. Et le PageRank n’a pas été inventé par Larry Page seul. Le brevet a été enregistrée par l’Université de Stanford qui a octroyé une licence à Google en 1998, avec une garantie d’exclusivité jusqu’en 2011.

Et la réalité est là: créé le 4 septembre 1998 dans un garage de la Silicon Valley, Google représente aujourd’hui plus de 85.000 salariés et pèse pas loin de 70 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

Ceux que Google a fait disparaître?

Les quatre principales victimes de Google sont Lycos, AltaVista, Ask et Yahoo. Yahoo, regroupait les sites de web par thématique… Et AltaVista et Lycos recourraient à des mots clés. En 1999 (pratiquement à la naissance de Google), les outils de recherche les plus utilisés étaient Lycos et AltaVista.

Depuis, AltaVista a disparu, Lycos.com existe encore, mais caché dans les oubliettes du Web…. Et lorsqu’on le teste, il se révèle d’une inefficacité pathétique.

Ensuite, il y a Yahoo. C’est le seul vétéran dont le nom subsiste. Il occupe la 6ème position parmi les outils de recherche. Mais il a, pour cela, vendu son âme au diable puisque son moteur de recherche est utilisé par Bing (le navigateur de Microsoft). Et désormais, sa plus grosse activité commerciale aujourd’hui réside dans la messagerie. Yahoo gagne en réalité de l’argent en vendant les données contenues dans les mails.

AOL existe encore, mais touche moins d’1% des internautes.

Google a 20 ans: qui a-t-il tué et quelles sont les alternatives?
Google a 20 ans: qui a-t-il tué et quelles sont les alternatives? © Tous droits réservés

Quelles alternatives?

Les alternatives ne sont pas légion. Il y a eu Quaero, un projet européen (Franco-Allemand). Lancé en 2005 et financé à 99 millions par la Commission, Quaero a finalement disparu en 2013 après avoir englouti 200 millions d’euros.

Ensuite, il y a Bing de Microsoft. Lui a été confronté à un vrai problème d’identité. Il s’appellera d’abord MSN Search, puis Windows Live Search et, Live Search. Pour, finalement, devenir BING, en 2009.

Selon NetMarketShar, Microsoft s’octroie 7,7 % de parts de marché, plus les 4% apportés par Yahoo. Mais on est loin des 72% de Google au niveau mondial. Beaucoup plus si on exclut le marché chinois

Google a des concurrents locaux très puissants

Pour trouver un vrai concurrent à google il faut, effectivement, se tourner vers la Chine, avec Baidu qui dépasse les 14 % de parts de marché. Ce qui en fait logiquement le numéro 2, en atteignant 77% du seul marché chinois. Mais c’est uniquement parce que Baidu possède un marché protégé, Google étant exclus du marché chinois.

Il faut aussi compter avec le cas russe, Yandex, créé un an avant Google et qui, dans son pays reste, le n°1, malgré la présence du leader américain. Il est utilisé par plus de 50% des Russes, mais reste inconnu au niveau mondial.

Et enfin il y a les moteurs de recherche à vocation écologiques

Ce sont des initiatives qui se veulent respectueuses de la vie privée ou de l’environnement. On pense à Ecosia, présenté comme une alternative neutre en CO2. Des arbres sont plantés pour équilibrer la pollution du trafic de mails. Mais Ecosia utilise tout de même le moteur Bing de Microsoft et peut devenir une "extension" de Chrome.

Il y a ensuite CC Search qui permet de rechercher tous les contenus libres de droit. Des Images, musiques, vidéo, etc.

Ou encore DuckDuckGo qui s’engage à ne collecter aucune donnée de l’internaute. Mais aucun de ces moteurs alternatifs n’atteint, et de loin, le pour cent de part de marché. DuckDuckGo, le plus important d’entre eux pèse 0,23% du marché.

Google pourrait-il encore croître?

Pour s’octroyer encore davantage de parts de marché, Google devrait, par exemple, revenir en Chine d’où il a été éjecté en 2010. Mais pour cela, il doit accepter d’intégrer des fonctions de censure. Une éventualité à laquelle son personnel est farouchement opposé. C’est toute la question: faut-il, au nom de l’efficacité, accepter d’avoir les mains sales.  A Chacun sa réponse.

Articles recommandés pour vous