RTBFPasser au contenu
Rechercher

Goethe et Beethoven, une rencontre tourmentée

22 mars 2022 à 09:36 - mise à jour 23 mars 2022 à 12:23Temps de lecture2 min
Par Louise Hassenboehler

En ce mardi 22 mars 2022, nous commémorons les 190 ans du décès de Goethe. L’occasion de revenir sur la rencontre entre le poète et celui qui lui vouait une incroyable admiration, un certain Ludwig van Beethoven.

En juillet 1812, Beethoven rencontre Goethe par l’intermédiaire de leur amie commune Bettina Brentano. Malgré une admiration réciproque, les deux génies ne s’entendent guère.

Deux ans auparavant pourtant, Beethoven avait envoyé à Goethe qu’il admirait beaucoup, la composition qu’il fit pour mettre en musique Egmont. Goethe lui avait alors répondu qu’il appréciait l’œuvre et qu’il lui tardait que les deux hommes se rencontrent. Egmont est une musique de scène composée de neuf parties pour soprano, récitant et orchestre.

Ludwig Van Beethoven - Egmont Overture

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La rencontre chaotique de deux génies

Lors d’un séjour dans la ville d’eaux de Teplice en juillet 1812, Beethoven rencontre le poète Johann Wolfgang Goethe. Ce dernier est dans un premier temps enchanté de faire sa connaissance, et remarque d’ailleurs les talents de pianiste du compositeur. Il déclare même avoir été "émerveillé".

Dans un premier temps, la rencontre est plutôt chaleureuse, et on pense même qu’une collaboration artistique aurait été envisagée. Des brouillons de ce projet communs retrouvés attestent de cela.

Mais très vite, une divergence de caractère les sépare. Goethe présente le compositeur comme un sauvage et misanthrope dans une lettre : "Malheureusement, il a une personnalité totalement indomptable, qui n’est pas tout à fait dans le faux lorsqu’il juge le monde détestable, mais il ne le rend pas plus agréable ni pour lui-même, ni pour les autres. D’autre part, il est très excusé, et mérite même notre compassion alors qu’il est en train de perdre son audition, ce qui, peut-être, nuit à sa part musicale, moins qu’à sa sociabilité."

Quant à lui, Beethoven trouve que Goethe est trop impliqué dans la vie de la cour, et trop servile. Un épisode fameux nous raconte même comment, pendant ce séjour à Teplice, Beethoven aurait passé son chemin pendant que Goethe saluait la famille impériale. Il exprime sa déception dans une lettre : "Goethe apprécie beaucoup trop l’air de cour. Plus qu’il ne convient à un poète".

Restent les huit poèmes mis en musique par Beethoven

Malgré cette mésentente, Beethoven continuera de mettre en musique les poèmes de Goethe. En tout, il adaptera huit poèmes sous forme de lieder.

Mais les deux artistes ne se reverront plus jamais et Goethe décide d’ignorer les lettres de Beethoven l’informant de ces compositions.

An Laura. WoO 112. Ludwig van Beethoven

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Beethoven en Europe : savourez les 9 symphonies interprétées dans 9 villes européennes

Journal du classique

Un biopic sur la vie mouvementée de Beethoven se dévoile dans une bande-annonce

Journal du classique