RTBFPasser au contenu
Rechercher

Entrez sans frapper

" Give Peace a Chance " de John Lennon : une chanson à l'histoire mouvementée

"Give Peace a Chance" de John Lennon

Entrez sans frapper

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un des grands classiques de la chanson pacifiste, John Lennon + Yoko Ono, alias le Plastic Ono Band, en juillet 1969, c’est le premier 45 tours de Lennon hors Beatles.  La chanson est aussi le point d’orgue de la campagne pour la paix que le couple a initié cette année là sous le nom " Bed-In for Peace " - au lit pour la paix, donc, l’équivalent couché d’un sit-in, un mode de manifestation pacifiste devenu tellement banal qu’il n’attire plus l’attention.  

Le prologue de l’histoire se situe un an plus tôt, en mai 68, avec l’album " Two Virgins " dont la pochette, une photo en noir et blanc, nous montre John et Yoko tout nus, de face au recto, de dos au recto. Et son vrai début c’est leur mariage, le 20 mars, à Gibraltar, suivi d’un voyage de noces qui sera l’occasion d’un happening très médiatisé. Première étape : le Hilton d’Amsterdam, du 25 au 31 mars, dans une luxueuse suite nuptiale – laquelle est largement ouverte aux journalistes du monde entier, de 9h du matin à 9h du soir., on papote allongés en pyjama sous l’œil des caméras.

Ensuite, le couple bouge beaucoup, de Paris à Londres via Vienne, allant d’une conférence de presse à l’autre. Pour soutenir le Bed-in for Peace, Lennon finance aussi une campagne d’affichage et d’encarts dans la presse. Toutes ces pérégrinations VIP vont être narrées en chanson par Lennon lui-même :

Loading...

Cette chanson a été enregistrée le 14 avril aux studios d’Abbey Road, en duo avec Paul McCartney - " juste toi et moi, en vitesse, on fonce ! " lui dit Lennon, Paul obtempère dans la bonne humeur (une façon peut être pour lui de retarder l’envol en solo de John, vu que les Beatles doivent encore accoucher de l’album " Abbey Road ").

Le 45 tours sort fin mai, sous le nom des Beatles ; carton en Grande-Bretagne et en Europe, mais censure aux Etats-Unis, où le refrain est mal perçu : " Christ tu sais que ce n’est pas facile, Vu comment cela se passe, ils vont finir par me crucifier " - ce qui ravive le souvenir du fameux " Nous sommes plus populaires que Jesus " qu’osa Lennon en Amérique en 1966 .

On en arrive au second " bed-in in peace", et à Give Peace a Chance !

Lennon songe à New York mais il ne peut y mettre les pieds depuis une arrestation pour détention de cannabis en octobre 1968, donc, direction le Québec, Montréal, encore un palace, l’hotel Reine Elisabeth, où le couple occupe trois suites pendant une semaine fin mai 69.

Le dernier jour, le 1er juin, ils y enregistrent à l’arrache " Give Peace a Chance ", avec comme choristes leurs invités de marque, certains sont cités dans la chanson, Timothy Leary, Bob Dylan, Allen Ginsberg, des Hare Krishna… La qualité n’est pas top, on ne les entendra, ces voix, elles sont gommées en studio par l’ingé son, le canadien André Perry, il les remplace par d’autres, plus professionnelles (par exemple celle du jeune Robert Charlebois).

" Give Peace a Chance " sort en 45 tours le 4 juillet, gros succès international (n°2 en UK, 4 e Allemagne, 1 aux Pays-Bas, 3 en Belgique…) En quelques semaines, la chanson devient un hymne avec son mantra tout simple :  " tout ce que nous disons est donnons une chance à la paix ". L’impact est tel qu’elle sera chantée par le folksinger Pete Seeger devant 500 000 personnes qui la reprennent en chœur le 15 novembre 1969 lors d’un méga rassemblement anti guerre à Washington.

Une chanson qui aura plusieurs vies 

Elle ne cite pas nommément la guerre du Vietnam, elle peut donc resservir. Ce sera le cas en 1991, lors de la première guerre du Golfe, là c’est le trio Lenny Kravitz Yoko Ono et son fils Sean Lennon qui l’adaptent :

Loading...

Avec la complicité de 40 participants dont Iggy Pop, Peter Gabriel, Tom Petty, LL Cool J etc, rassemblés sous le nom Peace Choir. Kravitz modifie le texte un brin daté dans sa veine hippie années 60, il le modernise à sa sauce avec des mots tels que " Middle East ", " planète Terre ", " space stations ", " hip hop " et " heavy metal "… Et tout récemment, le 4 mars de cette année, 150 radios européennes ont diffusé le titre en référence à l’invasion de l’Ukraine…

 

Sur le même sujet

Le documentaire sur John Lennon et Yoko Ono sur La Trois

Tempo

Quand Bach inspire les Beatles et Led Zeppelin

Entrez sans frapper

Articles recommandés pour vous