Regions

Gerpinnes : un jeu de société pour éviter la Première Guerre mondiale

Ivan Vlecken, 23 ans et passionné d’histoire vient de créer un jeu de société dont le but est d’éviter la Première Guerre mondiale

© Thibaut Deplanque

10 nov. 2021 à 18:11Temps de lecture2 min
Par Thibaut Deplanque

Para Bellum, c’est une locution latine qui signifie "prépare la guerre" mais c’est aussi le nom d’un jeu de société créé par Ivan Vlecken, un jeune Carolo de 23 ans fan d’histoire. L’objectif ? Eviter le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Imaginez-vous plongé au début du XXe siècle dans la peau d’un représentant d’une grande puissance mondiale. Les temps sont troubles, la guerre est proche. Il faut éviter que le monde ne plonge dans le chaos. "Para Bellum c’est un jeu de coopération où les joueurs doivent coopérer pour éviter que la Première Guerre mondiale ne se déclenche" explique Ivan Vlecken, le créateur. "Il faut éviter que les tensions mondiales ne s’accumulent de trop mais si c’est le cas, la guerre éclate." Para Bellum, c’est un jeu de cartes qui se joue entre 3 et 6 personnes. En fonction du déroulement de la partie, de la coopération ou des coups bas entre joueurs, les issues peuvent varier. "D’un côté, on veut investir des ressources dans la paix. Si on y parvient et que la guerre est évitée, tous les joueurs remportent la partie. A contrario, si le conflit se produit, le jeu considère que le gagnant est la personne qui a le plus gros score militaire. Ce n’est pas la victoire la plus honorable mais c’est au groupe de juger si gagner seul est plus honorable de gagner en groupe." poursuit ce jeune carolo de 23 ans.

Un jeu pour (re) découvrir une période trop méconnue des jeunes

Ivan Vlecken est un passionné d’histoire. Il est arrivé au constat que les jeunes générations ne connaissaient pas ou plus l’histoire de la Première Guerre mondiale. Ce jeu de société a aussi pour but de les intéresser à une période méconnue "Il faut leur en parler. Il n’y a pas de sujets qui ne peuvent pas intéresser la jeunesse" affirme le Gerpinnois. "Il faut juste trouver des façons de leur parler qui pourraient mieux les toucher. Avec un jeu de société, ils seront plus facilement sensibilisés qu’avec un long documentaire." Le jeu est accessible à tous mais son créateur le conseille tout de même à partir de 17 ans "Dans les programmes scolaires, c’est à cet âge-là que l’on apprend la Première Guerre mondiale. Ce jeu peut donc être l’occasion pour les adolescents d’aller voir leur professeur car ils y ont découvert tel ou tel événement et qu’ils désirent en savoir plus. Cela peut être une manière d’aborder le sujet à l’école."

Ivan a lancé une campagne de financement pour la parution d’une centaine de jeux. Il vise les 3500 euros récoltés d’ici le 1er décembre. S’il atteint son but, les jeux seront livrés pour la fin de l’année. Dans le cas inverse, toute personne ayant participé au projet se verra rembourser la somme investie. Si vous voulez l’aider, vous pouvez vous rendre sur https://fr.ulule.com/parabellum/

Dans Para Bellum, il faut résoudre des actions qui empêchent les tensions mondiales. Trop de tensions mondiales et la guerre est déclarée
Dans Para Bellum, il faut résoudre des actions qui empêchent les tensions mondiales. Trop de tensions mondiales et la guerre est déclarée Thibaut Deplanque

Sur le même sujet

Jekyll vs Hyde, un jeu de pli rapide et nerveux

Vie pratique

Welcome to the Moon, un voyage à travers l’espace unique en son genre

Vie pratique

Articles recommandés pour vous