RTBFPasser au contenu

Belgique

Gérard Deprez: "Si il en est le père, le Roi devrait reconnaître Delphine"

Gérard Deprez: "Si il en est le père, le Roi devrait reconnaître Delphine"
29 juin 2013 à 08:33 - mise à jour 29 juin 2013 à 11:141 min
Par Jean-Claude Verset

Sur l'affaire Boël, Gérard Deprez ne se cache pas et invite le Roi à poser un geste: "A titre personnel, s'il est véritablement le père, je pense que c'est bien qu'il le reconnaisse".

Malaise sur l'inviolabilité

Quant à savoir si Albert II peut se retrancher derrière son inviolabilité: "son inviolabilité touche sa personne pour qu'il puisse continuer à fonctionner comme chef de l'Etat. S'il devait reconnaître ou s'il devait être établi qu'il est le père de Delphine Boël, je ne vois pas en quoi, ça handicape sa capacité d'être le chef de l'Etat"

"Faire semblant de croire" que Didier Reynders veut être ministre-président à Bruxelles

L'invité du Grand Oral est aussi revenu sur la possibilité de voir Didier Reynders devenir ministre-président MR à Bruxelles : "Le meilleur moyen de se faire accepter par les Bruxellois, c'est de dire qu'il est prêt à consacrer la totalité de son temps et de son énergie politique à leur service". Mais Gérard Deprez y croit-il? "Je peux faire semblant !"
Il y aurait, cela dit, un moyen pour Didier Reynders de prouver qu'il veut devenir ministre-président bruxellois: "Celui qui a l'ambition d'être Ministre président de la Région bruxelloise, doit conduire la liste de la Région bruxelloise." A bon entendeur...

Euthanasie: encore beaucoup de questions

Sur la possible extension de la loi dépénalisant l'Euthanasie, Gérard Deprez dit se poser encore beaucoup de question et demande plus de temps pour que chaque sénateur puisse trancher en âme et conscience, sans consigne de parti.

Une Europe de l'Eurozone

Le sénateur MR et ex-député européen plaide par ailleurs pour une Europe à deux vitesses : "maintenant je dis, une fois qu'on a fait l'Euro, une fois qu'on voit tous les pays qui sont entrés dedans, qui ont décidé de solidariser leur destin avec la même monnaie, à partir de ce moment-là pour assurer la viabilité de cette monnaie, il y a un certain nombre de conséquences qui en découlent logiquement".  Plus d'Europe donc, mais à l'échelle de la zone-euro.

Arnaud Ruyssen

Articles recommandés pour vous