Icône représentant un article audio.

Vuelta - Cyclisme

Gerard Bulens : "L’abandon d’Alaphilippe n’est pas positif pour Evenepoel mais cela ne veut pas dire que cela aura des conséquences véritables"

Cela ne passe toujours pas pour Tim Merlier, troisième de la onzième étape de la VueltaÇa casse pour Julian Alaphilippe, victime d’une chute qui l’a contraint à l’abandonner. C’est le programme du débriefing de ce mercredi avec Gérard Bulens.

Concernant Tim Merlier, troisième de cette étape, notre consultant a une explication quant à sa place décevante : "Je pense qu’il y a le placement, l’équipe qui est autour de lui et qui, selon moi, n’a pas bien travaillé en ne l’emmenant pas comme il aurait fallu. Il a dû faire son sprint tout seul donc il a eu un certain nombre de difficultés. On voit qu’il coince dans les vingt derniers mètres et c’est suffisant pour ne pas décrocher la victoire."

Malgré cela, il reste tout de même optimiste le concernant : "Tim Merlier est un gars excessivement rapide dans un sprint plat en ligne droite. Ici, je pense qu’il est sorti trop tard et qu’il a un peu de mal à trouver ses repères mais c’est un gars qui va encore gagner des sprints dans sa carrière, il ne faut pas avoir de crainte à ce sujet-là."

L’événement de la journée reste l’abandon de Julian Alaphilippe, victime d’une lourde chute au niveau de la clavicule. Pour notre consultant, il est très difficile de prédire l’impact que son abandon aura sur la quête de victoire finale de Remco Evenepoel : "Pour savoir cela, il faudra attendre la fin de la Vuelta. On a vu au Tour, Vingegaard perdre un certain nombre de coureurs dont Roglic et tout de même s’imposer. Ce qui est dommage, c’est qu’Alaphilippe a une expérience de grand tour. Pour le calme du leader, cette expérience est quelque chose d’important. Bien sûr, on n’est loin de la fin puisqu’on n’est qu’à la moitié de la Vuelta. Avoir perdu deux équipiers importants avec Alalphilippe et Pieter Serry est un élément qui n’est pas du tout positif mais cela ne veut pas dire que cela aura des conséquences véritables. L’équipe est là, il reste cinq coureurs autour de Remco. Dries Devenyns est toujours présent, c’est quelqu’un de très calme qui a une très bonne vista de la course, qui peut amener l’équipe à réagir et aider les directeurs sportifs dans les décisions à prendre. Maintenant, il est clair que ces cinq coureurs vont devoir travailler davantage. Le départ d’Alaphilippe n’est pas positif mais je pense que ce n’est pas un élément qui est décisionnel pour dire aujourd’hui que cela va perturber cette équipe qui est survoltée par le maillot rouge."

11e étape : ElPozo Alimentacion > Cabo de Gata : Victoire au sprint de Kaden Groves

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous