RTBFPasser au contenu

Génération 21 : O.R.A.

Génération 21
22 janv. 2020 à 21:052 min
Par Pierre Paulus

" Mais qu’importe l’éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l’infini de la jouissance ! " Avec O.R.A., Baudelaire fait la chanson.

Avec Dami, fondateur du groupe O.R.A., nous aurions pu nous retrouver au milieu des bois. Dans une forêt enchantée, où la mort épouse la danse sous le regard serein des branches. Nous aurions aussi pu nous retrouver dans le Nord-Ouest de la France, au pied d’un menhir, où les légendes anciennes s’ancrent à la façon des dolmens. Si l’exode urbain nous guette, c’est pourtant bien dans le centre de Bruxelles que nous nous retrouvons. Dans des bistrots propices aux discussions organiques.

Clin d’œil au premier mot couvert par l’acronyme " O.R.A. ". Et non l’orifice, donc. Dami sourit et développe : " L’organique se manifeste d’abord à travers les textures instrumentales de nos morceaux, entre les machines pour le côté électronique et les guitares tantôt acoustiques, tantôt électriques, pour le côté plus rock. " La dimension organique d’O.R.A. puise dans sa musique, mais pas seulement : " Il y a aussi un aspect psychologique, lié aux émotions, à quelque chose de vivant, en perpétuelle évolution. De l’organique par la connexion à une source, à une forme de conscience universelle, aux émotions circulant entre les êtres vivants. "

Heavenly Body - O.R.A.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le " O " de " O.R.A. " inspire aussi son côté onirique. Son invitation aux rêves. Dont le " R " renvoie à " Random " par volonté, entre autres, de suggérer sans imposer : " Nous aspirons à nous laisser bercer par ce qui nous entoure sans décider de contrôler. Au niveau musical, cela correspond à davantage de progression. Avec, dans l’expression, une façon métaphorique d’évoquer la gravitation sans emprise. "

Avec, en toile de fond, un attachement à ne jamais perdre l’écoute autant que l’émerveillement. Dami se souvient d’une balade dans la nature, au sixième jour d’une retraite silencieuse, source de vide en soi et autour de soi : " J’ai aperçu un écureuil arpentant un arbre. Je l’ai trouvé magnifique, d’une grande beauté. Cela m’a profondément ému. J’en avais les larmes aux yeux. " Écureuil le jour, sans écueil, pour parvenir à la jouissance qu’O.R.A. distille à travers la troisième lettre de son acronyme : l’atmosphère. " Chaque morceau est pensé comme une peinture, une image, avec une atmosphère qui s’en dégage. Il s’agit de poser un décor pour mieux y raconter une histoire. L’atmosphère englobe ce moment, et c’est magique à chaque fois. "

Supplément de magie par ici :

O.R.A. sur Facebook

O.R.A. sur YouTube

 

 

Sur le même sujet

20 mai 2020 à 20:05
1 min

Articles recommandés pour vous