RTBFPasser au contenu

La Grande Forme

Garder une bonne santé mentale au travail : mode d’emploi avec Adrien Devyver

Garder une bonne santé mentale au travail : mode d’emploi avec Adrien Devyver
26 nov. 2021 à 15:303 min
Par Caroline Depuydt & Daphné Fanon

La crise du Covid-19 a bouleversé nos vies et génère beaucoup d’incertitudes, notamment au travail. Va-t-on continuer à travailler en présentiel ou pas ? Vais-je être licencié à cause du secteur qui est à l’arrêt ? Et plus cette situation dure, plus cela affecte négativement le bien-être mental. C’est pourquoi les services publics fédéraux Sécurité Sociale et Emploi viennent de lancer une vaste campagne d’information et de sensibilisation, dont Adrien Devyver est ambassadeur. Le point avec le Dr Caroline, psychiatre et médecin référente dans l’émission "La Grande Forme."

Pour se sentir bien dans sa peau, avoir une bonne santé mentale est essentiel. Or, au boulot parfois c’est mission impossible. En Belgique le nombre de burn-out et de dépressions chez les employés a augmenté de 39% entre 2016 et 2020. Chez les indépendants, il a augmenté de pas moins de 51%. C’est pourquoi les services publics fédéraux Sécurité Sociale et Emploi viennent de lancer une vaste campagne d’information et de sensibilisation pour le bien-être mental au travail. Voici donc l’analyse du Dr Caroline, psychiatre et médecin référente dans l’émission "La Grande Forme."


►►► À lire aussi : Jeunes travailleurs : 3 conseils pour booster sa confiance en soi


La campagne vise à sensibiliser les salariés, les employeurs et les indépendants au bien-être mental au travail. "C’est un projet hyper important et dont les enjeux sont multiples" explique le Dr Caroline. Elle s’adresse à tout le monde : autant aux personnes qui connaissent actuellement des difficultés, mais également aux personnes qui vont bien. Il s’agit donc d’en faire un outil aussi préventif que curatif. La campagne incite, via son site web à prendre des rendez-vous bien-être avec soi-même.

  • Exemple pour les travailleurs : je fais une vraie pause à midi, je prends du temps pour me détendre et/ou je demande de l’aide à un.e collègue quand je suis débordé.
  • Conseils pour les managers : je discute régulièrement avec mes collègues pour leur demander comment ils vont, je leur offre des possibilités de formation suffisantes, je prends le temps de fêter les réussites avec eux.

Des experts scientifiques ont également mis au point un outil sur le même site internet qui, à partir d’un questionnaire, donne aux utilisateurs une bonne idée de leur résilience mentale actuelle et permet de détecter à temps tout signal d’alarme. Quel que soit le résultat, chacun reçoit des conseils utiles pour prendre soin de soi.

Comment faire pour garder une bonne santé mentale au travail ?

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Mise en perspective dans notre société ultra-productive

Cette campagne arrive à point nommé. Elle permet de mettre en valeur le fait que ces dernières années, il commence à y avoir un soupçon de changement dans les mentalités par rapport à la vie professionnelle et à ce qu’on en attend. Jusqu’à il y a peu, la tendance était de soutenir principalement les valeurs telles que la performance, la maîtrise et le contrôle, l’autorité, la quantité de travail fournie. D’ailleurs ces valeurs, considérées comme des "hard skills", à traduire littéralement par "compétences dures" n’ont pas totalement disparu mais elles ont progressivement laissé un peu de place à ce qu’on nomme les "soft skills", les compétences douces, qui sont plutôt de l’ordre de l’humain : bienveillance, empathie, communication, sont devenus des atouts.

La bienveillance ambiante offre un climat de confiance

Des études de plus en plus nombreuses montrent que ces compétences sont loin d’être anecdotiques. Elles améliorent l’ambiance de travail, la collaboration et participent à prévenir entre autres les burn-out. Une étude de Google de 2012 montre par exemple que les deux points communs des équipes les plus productives sont :

  • 1/ la liberté de parole
  • 2/ l’empathie.

Ensemble ces deux compétences amènent à une sécurité psychologique. C’est cette sécurité psychologique qui permet à la gentillesse de s’exprimer. La bienveillance ambiante offre un climat de confiance et de respect mutuel dans lequel chaque individu peut donner le meilleur de lui-même, prendre des initiatives, parler de ses erreurs et apprendre à les corriger" ajoute le Dr Caroline.


►►► À lire aussi : Bien-être au travail : effet de mode ou réelle préoccupation ?


Si vous vous sentez entendus et soutenus, si vous savez que vous pouvez interpeller votre supérieur hiérarchique en cas de soucis, vous vous sentirez d’office plus à l’aise, plus en confiance. Les conflits se désamorceront plus vite, des solutions qui conviennent à tout le monde seront trouvées, s’il y a crise, elle sera mise sur la table et cela permettra de trouver des alternatives. Rendez-vous sur : Je me sens bien au travail

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast telles que : Pocket Casts, Podcast addict, Google Podcast ou encore Apple Podcast.

Loading...

Articles recommandés pour vous