RTBFPasser au contenu

Futuromètre: l'enseignement n'est pas bien vu par les Belges francophones

Clé de l'info : Quel crédit accordez-vous à notre enseignement?

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Après la société de demain, l'économie et le travail, la RTBF, Le Soir et AQ Rate sortent le troisième volet de leur Futuromètre. Un volet qui passe au crible l'enseignement.

3340 personnes en Wallonie et à Bruxelles ont été interrogées pour ce baromètre de la citoyenneté.

Peu d'entre eux donnent du crédit à notre enseignement. 8 Belges francophones sur 10 pensent par exemple qu'il y a un nivellement par le bas de la qualité de notre enseignement. Et seulement 29% sont satisfaits de l'enseignement délivré en Belgique francophone.

Pour beaucoup (88%), enseignement technique et professionnel doit former des professionnels directement opérationnels à la sortie de l'école.

Enfin, 7 répondants sur 10 (72%) considèrent que l'accès à un enseignement de qualité dépend encore trop des moyens financiers des parents.

Futuromètre: l'enseignement n'est pas bien vu par les Belges francophones
Futuromètre: l'enseignement n'est pas bien vu par les Belges francophones Marie Beaunom

Quels sont les problèmes?

De manière générale, les écoles manquent d'infrastructures de qualité. Près de 9 Belges sur 10 (87%) sont d'accord avec cette affirmation. Ils estiment qu'il n'y a pas assez de salles de cours, de laboratoires, de salles informatiques et de complexes sportifs. Par ailleurs, 84% des Belges francophones estiment qu'il y a trop d'élèves par classe pour assurer un enseignement de qualité.

De plus, en Belgique, on devrait davantage tenir compte des capacités et du potentiel de chacun, pour 87% des personnes interrogées.

Futuromètre: l'enseignement n'est pas bien vu par les Belges francophones
Futuromètre: l'enseignement n'est pas bien vu par les Belges francophones Marie Beaunom

Un enseignement pas adapté à la société

Autre constat: 8 francophones sur 10 considèrent que l'enseignement n'est pas adapté à l'évolution de la société actuelle et future.

Et moins de 20% des répondants estiment que les élèves et étudiants sont mieux formés qu'avant. De plus, le Belge francophone ne serait pas bien préparé pour aborder l’enseignement supérieur, pour près de 23% des personnes interrogées.

Quant au niveau des formations, 3 Belges sur 4 considèrent qu'il n'est pas adapté aux exigences du marché de l'emploi.

Mais le bulletin de l'enseignement francophone n'est pas complètement noir puisque les répondants reconnaissent aussi le rôle fondamental de l'enseignement et des enseignants (93%).

 

Articles recommandés pour vous