RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Monde

Furieux contre Pelosi, Pékin lance des missiles près de Taïwan et du Japon

Taïwan : Intimidation militaire de la Chine

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

04 août 2022 à 18:45Temps de lecture2 min
Par Belga édité par Renaud Verstraete

La Chine a tiré jeudi des missiles qui auraient survolé Taïwan et seraient tombés pour la première fois dans la zone économique exclusive japonaise, au premier jour d'exercices militaires autour de Taïwan, en réponse à la visite de la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, à Taipei.

Le ministre japonais des Affaires étrangères, Yoshimasa Hayashi, a appelé jeudi à "l'arrêt immédiat" des manoeuvres militaires chinoises.

"Les actions de la Chine ont cette fois un impact grave sur la paix et la stabilité de la région. Je demande "l'arrêt immédiat de ces manoeuvres militaires", a-t-il déclaré à des journalistes à Phnom Penh, où il participait à une réunion de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (Asean).

Malgré les fermes avertissements de Pékin, qui considère Taïwan comme une de ses provinces, Mme Pelosi, une des plus hautes responsables américaines, avait séjourné mardi et mercredi sur l'île, avant d'entamer jeudi une visite au Japon, dernière étape de sa tournée asiatique.

Une démonstration de force

L'initiative de Mme Pelosi est considérée par la Chine comme une provocation, un soutien aux partisans de l'indépendance de Taïwan et un reniement de la promesse des Etats-Unis de ne pas avoir de relations officielles avec l'île.

En réponse, l'armée chinoise a lancé une série de missiles qui ont survolé Taïwan avant de tomber pour la première fois dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon sous couvert d'exercices militaires dans six zones maritimes autour de Taïwan, au niveau de routes commerciales très fréquentées et parfois à seulement 20 kilomètres des côtes taïwanaises.

De son côté, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a souligné que Washington avait pris contact avec Pékin "à tous les niveaux du gouvernement" ces derniers jours pour l'appeler au calme. 

"J'espère vraiment que Pékin ne provoquera pas une crise et ne cherchera pas un prétexte pour accroître ses opérations militaires agressives", a-t-il dit à ses collègues dans le cadre du sommet de l'ASEAN à Phnom Penh.

Sur le même sujet

Taïwan reproche à la Chine de prolonger les exercices militaires autour de l’île

Monde Asie

Taïwan : l’invasion de l’île par la Chine, un scénario plausible ?

Monde

Articles recommandés pour vous