RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Froidchapelle : chauffer au bois les bâtiments communaux ?

15 oct. 2021 à 14:43Temps de lecture2 min
Par Thomas Dechamps

Attention à la marche " nous prévient-on en pénétrant dans la cave de la petite école communale de Boussu-lez-Walcourt. Là, quatre imposantes chaudières tournent à plein régime pour chauffer non seulement l’établissement mais aussi deux logements annexes. " Elles ont une quarantaine d’année et il faudra de toute façon les remplacer " commence Alain Vandromme, le bourgmestre de Froidchapelle (dont fait partie Boussu-lez-Walcourt). " À l’heure actuelle c’est tout au mazout mais depuis un ou deux ans on a entamé la réflexion pour passer à un autre mode de combustible. On est allés voir ce qui se faisait comme chaudière ailleurs et on est partis sur une chaufferie au bois avec des plaquettes " poursuit-il. Un changement motivé à la fois par des considérations écologiques mais aussi économique, à tout le moins sur le long terme : " Il faudra de toute manière investir " continue le bourgmestre. " Peut-être pas autant que pour une chaufferie bois mais ça reste un investissement intéressant en espérant avoir les subsides POLLEC (Ndlr : pour Politique locale Énergie Climat, une initiative européenne), c’est pour cela qu’on a rentré l’appel à projet. Et donc, si on a les subsides le temps de retour de l’investissement c’est moins de trois ans. Et après, et bien ce sera tout bénéfice puisque l’on va consommer beaucoup moins de Mazout et on va utiliser des plaquettes locales. On aura donc tout gagner à ce moment-là " assure-t-il.

© Tous droits réservés

Une filière bois-énergie locale

Et si les autorités communales de Froidchapelle mise maintenant sur la production de plaquettes de bois locales, c’est parce qu’un projet est là aussi déjà en phase d’aboutir dans la région : " cela fait trois ans que l’on réfléchit à mettre en place une filière bois énergie " confirme Tom Baudoux, chargé de mission au Parc naturel de Viroin-Hermeton. " Ici la ressource est abondamment disponible, on parle de 50% de surfaces forestières sur les 46000 hectares que représentent les trois communes partenaires, avec une bonne proportion de bois qui est actuellement exploité mais peu ou pas utilisé. On parle vraiment de sous-produits forestiers qui pourraient être valorisés dans une filière locale " nous explique Tom Baudoux. " Donc on n’est pas du tout dans une logique où on va couper la forêt pour la brûler mais bien valoriser du sous-produit qui est déjà disponible, sans appauvrir pour autant le milieu forestier, et le transformer localement en un combustible simple à faire et à utiliser " précise-t-il. Cette nouvelle filière bois énergie a déjà été testée dans un projet pilote qui a servi à chauffer une maison de repos toute proche. Après des retours positifs, ne reste plus qu’à étendre le concept à l’ensemble des bâtiments communaux au fur et à mesure que ceux-ci changeront de système de chauffage. Et l’exemple de Froidchapelle montre que l’intérêt est bien là.

Sur le même sujet

Les scieries belges s'inquiètent de la pénurie de bois

Articles recommandés pour vous