RTBFPasser au contenu

Frank Vandenbroucke en faveur d’une vaccination pour les enfants entre 6 et 11 ans : "On attend le feu vert de l’Agence européenne"

Le ministre fédéral de la santé, Frank Vandenbroucke, est l’invité de l’émission Jeudi en Prime. Alors que le nombre de contaminations au covid et d’admission dans les hôpitaux ne cesse d’augmenter, certains experts dont Marius Gilbert plaident pour combiner le port du masque et le Covid Safe Ticket dans les lieux "où c’est peu contraignant".

Quel est l’avis du vice-Premier ministre sur la question ? Compte-t-il prendre des mesures plus strictes pour endiguer la montée du virus ?

"Je suis inquiet. On s’attendait à cette 4e vague mais on a sous-estimé le niveau de contagiosité du virus, il faut freiner la circulation du virus. Heureusement que nous avons le vaccin", explique Frank Vandenbroucke.

Le ministre fédéral se plonge dans les chiffres : "Il y a eu 15.000 contaminations le lundi 8 novembre, c’est énorme. Le mardi 9, les chiffres provisoires dépassent les 12.000. En moyenne journalière sur les 7 derniers jours, on approche les 10.000, c’est énorme."

Il poursuit : "Les hospitalisations sont en augmentation et le nombre de personnes en soins intensifs est de 472, c’est trop, on va bientôt dépasser le seuil critique des 500".

Frank Vandenbroucke défend par ailleurs l’efficacité des vaccins : "Le risque d’être hospitalisé à cause du covid est huit fois plus élevé si vous n’êtes pas vacciné. Les risques sont aussi onze fois plus élevés d’atterrir aux soins intensifs."

Favorable à la vaccination des 6-11 ans

Les mesures dans l’enseignement ne sont pas suffisantes, selon le ministre socialiste flamand. Il est d’ailleurs en faveur d’une vaccination pour les enfants entre 6 et 11 ans qui devrait arriver en janvier : "On attend le feu vert de l’Agence européenne. S’il y a un avis positif, il faut le faire."

En attendant, il plaide pour le port du masque pour les 4e, 5e et 6e primaires : "Je sais que c’est difficile. Il faut une culture du masque : si on ne peut pas garder les distances ou que les lieux sont trop exigus ou pas assez ventilés."

Le vrai problème, c’est la contamination, selon Frank Vandenbroucke : "Il faut dire les choses comme elles sont : tout un chacun doit se faire vacciner. C’est la grande leçon : les vaccins sont efficaces contre la maladie, mais pas contre la contagiosité."

Vaccination obligatoire le personnel soignant ?

La vaccination obligatoire pour tous ? "Ce n’est pas pour demain." Par contre, le personnel d’un secteur particulier se verra contraint de se faire vacciner, si cela ne tenait qu'au ministre : "J’espère d’abord atteindre une obligation de se faire vacciner pour tout le personnel soignant. C’est ultra-urgent. A partir du 1er avril 2022, je veux qu’aucun soignant non vacciné ne soit encore en contact avec un patient."

Autrement dit, si vous n’êtes pas vaccinés, vous ne pourrez alors plus exercer un métier de soins, et par soins, le champ est large : pharmaciens, kinés, médecins généralistes, aides soignants, acuponcteurs…

Covid safe ticket plus

Pour Frank Vandenbroucke, il faut s'attaquer à deux fronts en même temps : "Augmenter la vaccination et freiner la circulation du virus." Et pour arriver à atteindre ce deuxième objectif, il rappelle des mesures : "Port du masque, ventilation, pass sanitaire, distances sociales, mais il faut combiner ces mesures."

Concrètement, un évènement organisé avec un pass sanitaire est beaucoup plus sécurisé s’il y a une bonne ventilation ou si les gens portent un masque : "Ce n’est pas une obligation, mais il faut une stratégie où l’on combine diverses mesures de précaution."

Donc, même si le covid safe ticket est obligatoire, le masque pourrait devenir recommandé au cinéma, au théâtre ou dans des lieux intérieurs publics. C’est ce qu’on appelle le concept de Covid safe ticket plus".

Cependant, rien n’est décidé en termes de mesures contraignantes, confirme le ministre. Vendredi prochain, un comité de concertation s’y attellera.

Les responsables vont-ils prendre des mesures supplémentaires pour endiguer la pandémie ? "Il est encore trop tôt pour dire si nous allons prendre de nouvelles mesures, notamment sur les marchés de Noël. Mon plaidoyer aujourd’hui c’est de rappeler les mesures : la culture du port du masque, la culture de la ventilation, la maximalisation du télétravail…"

Articles recommandés pour vous