RTBFPasser au contenu
Rechercher

Voyages

François Servais, tout feu tout flamme

François Servais
23 mai 2022 à 14:21Temps de lecture3 min
Par Axelle Thiry

Axelle Thiry vous propose un voyage en compagnie de François Servais, un compositeur et violoncelliste belge du XIXe siècle. Il est considéré comme l’un des plus grands violoncellistes de son temps. Pendant ses 35 ans de carrière, François Servais a donné plus de 10000 concerts qui ont soulevé l'enthousiasme du public. Il a aussi contribué au développement de la technique du violoncelle. Et il signe des compositions brillantes. Selon Odokevski, les compositions de François Servais sont des constellations sonores qu'un talent mineur ne peut espérer approcher.

François Servais voit le jour le 6 juin 1807 à Hal. Il est le fils d'un cordonnier. Il est destiné à devenir tailleur. Mais son père est aussi un violoniste amateur et François découvre la musique avec ravissement. Il apprend à jouer du violon et de la clarinette. Il rêve d’être musicien mais sa famille veut l’en dissuader. Il faut dire que leur vie est un peu rude. Jusqu’au jour où un mécène de l'aristocratie repère son talent. Le marquis Jules de la Croix de Chevrières de Sayve, musicien et châtelain de Clabecq décide d’offrir à ce jeune si doué, l'enseignement d'un violoniste professionnel.

Ensuite, François Servais se tourne vers le violoncelle. Comme il apprend vite… Il doit parcourir la distance à pied pour suivre ses cours, son violoncelle sur son dos, mais qu’importe ! Ce n’est pas cela qui va l’arrêter. Il remporte le premier prix. Très vite, il commence à se produire en concert. C’est le triomphe ! Plus tard, François Servais jouera avec Franz Liszt, le généreux Liszt, qui lui donne une lettre de recommandation quand il commence à faire des tournées, pour lui apporter son soutien.

François Servais fait ses débuts de soliste à Paris en 1834. Il a 26 ans. Il joue avec brio, et aussi, toute son impétueuse sensibilité. C’est le succès. Sa carrière prend son envol.

L'année suivante, Servais est à Londres où il se produit devant la famille royale et à la société philharmonique. Ensuite, il voyage aux Pays-Bas. La princesse d'Orange est tellement admirative qu'elle persuade son frère, le tsar Nicholas 1er de l'inviter en Russie. Il y fera au moins six grandes tournées. Il se produit non seulement dans les villes mais aussi dans les petits villages.

François Servais veut amener la musique partout, et faire partager son amour du violoncelle. Pendant une tournée en Russie, la princesse Youssoupoff lui prête un magnifique Stradivarius, à l’occasion d’un concert en présence du Tsar. Après le concert, le tsar ne tarit pas d’éloges. Servais en attribue le mérite à la princesse, qui lui a prêté ce merveilleux instrument pour le concert. La princesse était encore sous le coup de l’émotion. En entendant ces mots, elle se serait écriée : "Ce n'était pas un prêt, mais un don !" Selon une autre source, Servais aurait persuadé la princesse de lui acheter cet instrument chez Vuillaume à Paris mais après son décès inopiné, ses proches n'étaient pas disposés à souscrire à ce projet. Servais aurait menacé les héritiers de la princesse, s'ils refusaient de mener à bien ses intentions, de publier les nombreuses lettres intimes qu'elle lui avait envoyées. On dit que la famille a préféré payer plutôt que d'affronter un tel scandale. Il est difficile de savoir exactement ce qui s’est passé. 

Suivez pas à pas la carrière de François Servais dans l'émission Voyage d'Axelle Thiry. 

Voyages

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Programmation musicale :

François  SERVAIS - Des extraits de la Fantaisie et variations brillantes sur la Valse de Schubert, " Le désir ", op 4 . Wen-Sinn Yang & l'Orchestre de la radio de Munich sous la direction de Terje Mikkelsen . CPO 7775422.

Franz  LISZT - Romance oubliée S 132 . Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel. HM 901758.

François  SERVAIS - Souvenir de Spa. Wen-Sinn Yang & l'Orchestre de la radio de Munich sous la direction de Terje Mikkelsen . CPO 7775422.

Robert  SCHUMANN - Des extraits des Scènes de la forêt . Mitsuko Uchida . 

François  SERVAIS - Souvenir de Bade. Anner Bylsma & Smithsonian Chamber Players. DG 77108.

Wolfgang Amadeus  MOZART - Les deux derniers mouvements du Concerto pour piano n° 23 en la majeur K 488.  Alfred Brendel & l'Academy of St Martin-in-the-fields sous la direction de Neville Marriner . Philips 4204872.

François  SERVAIS - Caprices op 11 n° 2 et 4 .  Anner Bylsma. DG 77108.

Felix   MENDELSSOHN - Romances sans paroles . Denis Kozhukhin . Pentatone, 5186734  .

Anton  RUBINSTEIN - Le premier mouvement de Sonate pour piano et violoncelle en ré majeur op 18  . Steven Isserlis et Stephen Hough  . RCA Victor 682902  .

François  SERVAIS ET HUBERT LÉONARD - Un extrait du Grand Duo de concert, pour violon et violoncelle. Anner Bylsma et Vera Beths.  DG 771098.

François  SERVAIS - Le premier mouvement du Concerto en si mineur op 5  . Wen-Sinn Yang & l'Orchestre de la radio de Munich sous la direction de Terje Mikkelsen . CPO 7775422.

Production et présentation : Axelle THIRY

Réalisation : Antoine DUWAERTS

Articles recommandés pour vous