RTBFPasser au contenu

Musique - Accueil

Francofolies de Spa : Sardou sur du velours et le Québec au cœur

A. Desilet

Un karaoké géant et des vrais coups de cœur pour Klö Pelgag, Tim Dup et Alexandre Desilet. Impressions du premier jour en direct des Francofolies de Spa…

 

La météo ne sait pas très bien sur quel pied danser. On nous annonçait de la pluie, mais cette 24e édition s’ouvre avec un joli rayon de soleil ! Reste à savoir jusqu’à quand…

Sur les coups de 11h, les premières notes du festival ont porté jusqu’à nous le délicieux accent québécois avec les "Québecofolies" qui, depuis neuf ans déjà, présentent les multiples talents des artistes de la Belle Province. Ils seront quatre cette année : Mehdi Cayenne, Tire le Coyote, Alexandre Desilet, qui aura l’honneur d’ouvrir ce soir avant Michel Sardou, et Klô Pelgag qui a remporté le Prix Rapsat/Lelièvre.

C’est d’ailleurs avec elle que nous inaugurons notre aventure. Devant une scène au public clairsemé, elle arrive pleine d’aplomb et de bonne humeur accompagnée notamment de deux violons et un violoncelle. Adapte des vocalises et des textes énigmatiques, elle vit son set de tout son corps. On la reverra avec grand plaisir au BSF le 13 aout prochain !

 

A suivre...

On attendait aussi avec intérêt Tim Dup dont les premières compositions commençaient à nous obséder. Seul au piano et bidouilleries électroniques, ce jeune homme au visage poupon réussit la gageure d’hypnotiser un public de festival de plein air à 17h ! Son style réaliste convoque la tradition de la chanson mais sa scansion emmène plutôt vers le hip hop /slam ou des propositions hybrides du genre "Fauve". Notre premier tout gros " Whaouw !".

 

Enorme coup de chapeau aussi pour la voix chavirante d’Alexandre Desilet, qui était chargé de distraire les quelques fans de Sardou déjà présents. Alors que son dernier disque "Windigo" propose une version orchestrale de ses meilleurs titres, il se présente ici accompagné de deux guitares acoustiques. Déjà bien connu au Québec, ici personne ne l’attend. Et pourtant, la foule qui grossit semble prendre goût à ses compositions proposées dans une épure folk du meilleur effet. Nous voilà avec un deuxième chouchou !

 

Mémoire collective

Un peu plus tôt, Gérald De Palmas bravait les premières gouttes de pluie et nous embarquait dans la machine à remonter le temps. Son dernier album "La beauté du geste" ne manque pas de charme mais ce sont assurément ses anciennes chansons qui remportent la Palme. L’homme a pris plaisir à ré-arranger son répertoire pour un résultat mitigé. Mais on exulte lorsqu’il reprend " Les lois de la nature ", une vieillerie chère à notre cœur nostalgique.

 

Avec Michel Sardou, le voyage remonte encore bien plus loin. Plus de 30 musiciens sur scène, costume sobre et voix qui tient encore bien le coup, le karaoké géant a de la gueule. Le public est évidemment âgé mais pas tant que ça ! Des hordes de quarantenaires reprennent en chœur des chansons gravées dans le marbre de la chanson française. Aucune surprise mais le plaisir est là !

 

Ce vendredi, notre curiosité se portera entre autres sur Gauvain Sers, Konoba, et le concert de Dan San entourés de leurs copains. On vous raconte ça demain !

 

François Colinet

Sur le même sujet

18 déc. 2017 à 14:52
1 min

Articles recommandés pour vous