RTBFPasser au contenu

Un air de déjà vu

Francis Blanche et Schubert : le complexe de la truite

Francis Blanche et Schubert : le complexe de la truite
06 août 2019 à 14:132 min
Par Vanessa Fantinel

Le lied bien connu de Schubert s’inspirait d’un poème à la morale plutôt paternaliste… Jeunes filles, ne soyez pas truites, et ne vous laissez pas pêcher par le premier venu ! On retrouve cette morale dans la chanson de Francis Blanche… enfin presque…

Fils de comédiens, plongé de naissance dans le monde du spectacle, Francis Blanche choisit rapidement d’en prendre le parti de la dérision, du calembour, de la légèreté. Bref, le parti d’en rire, où il siégeait comme permanent, avec le complice Pierre Dac, et donc le Brasero de Ravel était l’hymne officiel.

Francis Blanche était une plume précoce. Plus jeune chansonnier de France à 17 ans, il a cultivé une existence joviale, de bon vivant, de généreux, en être inspiré qui ne savait pas s’arrêter d’écrire. Pour la radio, la scène, la télé, pour Edith Piaf, Charles Trenet, les Frères Jacques. "Je préfère le vin d’ici à l’au-delà", c’était lui.

En voici un autre qui aimait les excès. Schubert fumait, buvait, dormait peu, et allait bien vite devoir compter avec la maladie, au début des années 1820, à l’aube de sa vingtaine. Mais le quintette de la Truite, composé en 1819, est le chef-d’œuvre de jeunesse qui éclôt juste avant tout ça. Cet été-là, Schubert est heureux. Après avoir composé plus de 300 mélodies pour voix et piano - l’une d’entre elles a été proposée en public - il se voit déjà en première page des magazines people et sur les tapis rouges. Pour fêter ça, il part en vacances, chez des amis qui l’accueillent comme un musicien confirmé. L’une des chansons préférées de son hôte est justement une autre truite, la première, une petite pièce que Schubert avait composée quelques mois plus tôt. Pour honorer son hôte, qui aimerait lui en faire faire une œuvre de pièce de chambre, il développe la petite pièce en question, dont la mélodie se retrouve dans le quatrième et dernier mouvement du quintette.

Dans sa version courte, la truite était composée pour un poème de Schubart dont la morale un peu paternaliste avait été enlevée par Schubert. Globalement, ça disait aux jeunes filles d’éviter d’être des truites, et de ne pas se laisser pêcher par le premier venu. On retrouve cette morale pourtant, dans la chanson le complexe de la truite de Francis Blanche… Enfin presque…

La truite de Francis Blanche est un triton, et le tentateur dans son histoire, c’est une sirène coquine. Tel était Francis Blanche, comique et patachon mais éclairé et cultivé, dans le répertoire de ses manières de ne rien prendre au sérieux.

Pour en revenir à Franz et à sa truite à lui. On l’a laissé dans un cadre bucolique, entouré d’air pur et de reconnaissance pour son talent. Il n’en fallait pas plus à Schubert pour faire grandir le poisson et le livrer à la mer. Il faudra encore 10 ans pour que la partition circule et que le grand public découvre cette œuvre, une des plus jolies du romantisme. Mais enfin, elle est arrivée, elle est là, et comme un poisson-pilote elle s’est agrippée aux pitreries de Francis Blanche pour frétiller jusqu’à nos oreilles.

Articles recommandés pour vous