RTBFPasser au contenu
Rechercher

France : le rapport accablant sur les abus sexuels dans l’Église rendu public ce mardi matin

Le président de la Commission indépendante sur les abus sexuels (Ciase), Jean-Marc Sauvé
05 oct. 2021 à 04:00 - mise à jour 05 oct. 2021 à 09:22Temps de lecture2 min
Par Africa Gordillo

En France, la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase) a publié ce mardi à 9 heures son rapport très attendu après deux années et demie d’enquête, à Paris. Le rapport comporte des éléments dévastateurs pour l’Église catholique française. Selon le président de la commission, Jean-Marc Sauvé, qui s’est exprimé dans la presse avant la publication du rapport, pas moins de 3000 prêtes et religieux abuseurs ont sévi entre 1950 et 2020.

3000 religieux pédocriminels, une estimation minimale

Le rapport a été remis à la Conférence des évêques de France et à la Conférence des religieuses et religieux de France, à l’origine de sa création. Ce document de deux mille cinq cents pages (y compris les annexes) comporte un état des lieux enrichi de nombreux témoignages de victimes, principalement des mineurs d’âge ou des personnes vulnérables, la "matrice de son travail" selon Jean-Marc Sauvé.

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche ce 2 octobre dernier, le président de la Ciase et ancien vice-président du conseil d’État, a donné une estimation "minimale" de "2900 à 3200" religieux pédocriminels. Cette liste a été constituée grâce aux archives de l’Église, de la justice et de la police judiciaire mais aussi grâce aux nombreux témoignages reçus par la commission.


►►► À lire : L’Église a "détruit" des dossiers sur des abus sexuels, selon un conseiller du pape


Si l’on compare cette estimation minimale au nombre de religieux qui ont officié ces septante dernières années, il ressort que 3% des ecclésiastiques de France se sont livrés à des actes pédocriminels entre 1950 et 2020.

"Le mal absolu"

Dès le départ, Jean-Marie Sauvé était convaincu qu’il "ne sortirait pas indemne" de cette mission. "Bien sûr, les uns et les autres, on a eu besoin d’un accompagnement, d’une supervision, c’est normal", dit-il. Mais il évacue le sujet : "Je ne vais pas passer mon temps à larmoyer".

"Le plus terrible pour moi aura été de voir le mal le plus absolu – l’atteinte à l’intégrité physique et psychique d’enfants -, c’est-à-dire une œuvre de mort, perpétrée par des personnes dont la mission était d’apporter la vie et le salut", confie le président de la Ciase.


►►► À lire : 216 000 enfants abusés en 70 ans : un rapport accusateur pour l'Eglise catholique en France


Le rapport de la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église propose non seulement un bilan mais formule des propositions dans plusieurs domaines : écoute des victimes, prévention, formation des prêtres et religieux, droit canonique, transformation de la gouvernance de l’Eglise… Il préconise aussi une politique de reconnaissance et de réparation.

Sur le même sujet

Pédocriminalité au sein de l'Eglise en France: le pape exprime "sa honte"

Pédophilie dans l’Eglise catholique en France : la "perversion systémique" démontrée dans le rapport Sauvé

Monde Europe

Articles recommandés pour vous