RTBFPasser au contenu

Monde

France: Laurent Fabius dément détenir un compte en Suisse

France: Laurent Fabius dément détenir un compte en Suisse
08 avr. 2013 à 06:24 - mise à jour 08 avr. 2013 à 06:342 min
Par Wahoub Fayoumi

"Je démens formellement la rumeur, relayée par Libération dans son édition du lundi 8 avril, m'attribuant un compte en Suisse. Elle ne repose sur aucun élément matériel et est dénuée de tout fondement" écrit Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, dans un communiqué. Il annonce avoir mandaté son avocat "pour qu'il engage les procédures juridiques permettant de le démontrer et de faire cesser la diffusion de ces informations fausses et calomnieuses".

En Une, le quotidien français titre: "Affaire Cahuzac, le cauchemar continue", et écrit que Laurent Fabius a démenti auprès de lui "détenir un compte en Suisse". Sous le titre : "une possible affaire Fabius tétanise l'Elysée", le quotidien dans un long article ne produit aucun élément donnant à penser que le ministre des Affaires étrangères détiendrait un tel compte non déclaré, soulignant simplement que le site d'information Mediapart "explore (cette) piste".

Sans attendre l'article de Mediapart, et même si le journaliste  Fabrice Arfi est en train de vérifier ses informations auprès de Laurent Fabius, précisant qu'il n'existe à Mediapart que ce qui est publié sur le site, Libération écrit 7 pages autour de l'affaire Cahuzac et de la présumée "affaire Fabius".

C'est ce site qui avait produit en décembre dernier des preuves de l'existence d'un compte bancaire détenu en Suisse par le ministre français du Budget Jérôme Cahuzac. Ce pilier du gouvernement socialiste français avait finalement démissionné le 19 mars, trois heures après que le parquet eut annoncé l'ouverture d'une information judiciaire pour blanchiment de fraude fiscale sur cette affaire.

Projet de loi en préparation

"(Cette rumeur) ne repose sur aucun élément matériel et est dénuée de tout fondement", a écrit Laurent Fabius dans un communiqué. L'une de ses collègues, la ministre déléguée aux personnes handicapées et à l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti, a choisi pour sa part de publier lundi sa déclaration de patrimoine sur son blog, dans un souci de "transparence".

Face à l'urgence d'assainir la vie politique, le gouvernement travaille à un projet de loi basé sur des mesures annoncées mercredi: réforme du Conseil supérieur de la magistrature pour "renforcer l'indépendance de la justice", lutte "impitoyable" contre les conflits entre intérêts publics et privés avec la "publication et le contrôle" du patrimoine des ministres et parlementaires, "interdiction de tout mandat public" pour les élus condamnés pénalement pour fraude fiscale et corruption.

Un temps évoquée, l'hypothèse d'un remaniement gouvernemental rapide semble remisé à plus tard. François Hollande a fait valoir que le scandale Cahuzac était le fait d'un homme et non la responsabilité de l'exécutif. "La population a été ébranlée dans ses profondeurs, il y a aujourd'hui une rupture de confiance avec le monde politique", reconnaît-on dans l'entourage du chef de l'Etat.

Risques de la montée des extrêmes, selon les militants

Sur le terrain, élus et militants socialistes s'efforcent de se "serrer les coudes" et de contrer le risque d'une "montée des extrêmes", à gauche comme à droite. "C'est Cahuzac qui a commis une faute. Mais maintenant, c'est à nous, les militants, de réparer les dégâts", note Jean-Pierre Bazerolle, un militant retraité de la région parisienne.

Dimanche, un référendum sur un projet de fusion inédite des collectivités départementales et régionale d'Alsace s'est soldé par un cuisant échec. Pour certains élus, il est notamment dû à une très forte abstention liée au rejet du monde politique par les Français.

RTBF, avec Agences

Laurent Fabius aurait un compte en Suisse

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous