Monde

France: la droite ne fera pas barrage à l'extrême-droite au second tour

France: les socialistes appellent la droite à faire battre l'extrême droite

© Tous droits réservés

11 juin 2012 à 10:45 - mise à jour 11 juin 2012 à 16:38Temps de lecture1 min
Par Belga News

Cette décision du "ni-ni" (ni Front national, ni gauche) a été prise lors du bureau politique de l'UMP lundi alors que le Parti socialiste avait appelé la droite à appliquer le "désistement républicain". L'un de ces duels opposera notamment Marine Le Pen à un candidat socialiste à Hénin-Beaumont.

"Pas question d'appeler à voter pour le Front national ni d'appeler à voter pour le candidat socialiste", a lancé lors de cette réunion le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé.

Le "ni-ni" constitue déjà une semi-victoire pour le Front national, qui appelle à une "recomposition de la droite", car il revient à mettre sur un même plan extrême-droite et gauche.

Par ailleurs, l'UMP a demandé le maintien de "tous ses candidats" partout où ils sont qualifiés pour le second tour dans une triangulaire avec un candidat socialiste et un candidat du Front national.

La consigne de l'UMP sur le maintien en toutes circonstances connaît des ratés, certains candidats distancés par la gauche et le Front national étant tentés de jeter l'éponge pour gêner le Parti socialiste.

C'est le cas de Roland Chassain, arrivé 3ème à Arles dans les Bouches-du Rhône, qui a annoncé lundi qu'il se retirait pour tenir sa "position" qui est "tous contre Michel Vauzelle", le député sortant socialiste.

Belga

France: Résultats des législatives

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

France: abstention record, succès pour la gauche et coup dur pour Mélenchon

Monde

Législatives en France: la gauche en position de force

Monde

Articles recommandés pour vous