RTBFPasser au contenu

Monde Europe

France : 467.000 inscrits à la Primaire Populaire, qui débute ce jeudi, mais les principaux candidats de gauche n'en veulent pas

26 janv. 2022 à 13:24 - mise à jour 27 janv. 2022 à 20:453 min
Par Marc Sirlereau

A partir de ce jeudi à 10 heures jusque dimanche 17H, les 467.000 personnes inscrites peuvent participer à la Primaire populaire, la primaire de la gauche. La démarche est originale. D'abord, elle n'a pas été organisée par des partis mais par des associations diverses de la société civile.

Des associations qui veulent un rassemblement des candidatures de gauche pour l'élection présidentielle. "Nos adversaires, explique Samuel Grzybowski, l'un des deux porte-paroles de la primaire, ce sont les trois droites, libérale, conservatrice et identitaire. Macron, Le Pen, Zemmour et Pécresse, ce sont elles et eux qu'on veut battre. C'est un processus qui est nouveau, déstabilisant. On comprend que ce soit étonnant. il y a eu des maladresses. Mais quoiqu'il arrive, on est prêts à soutenir le vainqueur du scrutin."

Voter via une évaluation

C'est l'autre originalité de la démarche. Le vote se fait en un tour et les candidats sont évalués par des notes allant de très bien jusque insuffisant. Et le vainqueur sera celui ou celle qui aura été le mieux évalué.

Et à partir de là, pour les organisateurs, le vainqueur qui apparaîtra comme celui du rassemblement de la gauche, sera soutenu par les votants et les forces de gauche. Cela, c'est le scénario envisagé mais...

Sept en lice

Des moins connus provenant de la société civile comme Anna Agueb-Porterie et Charlotte Marchandise. Le député européen, Pierre Larrouturou. Et quatre candidats déjà en piste comme Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Anne Hidalgo et celle qui vient de se lancer, Christiane Taubira. Le seul absent un peu surprise de la liste, décidé par les organisateurs de la primaire est Fabien Roussel, le candidat du Parti communiste.

Mais Mélenchon, Jadot et Hidalgo n'en veulent pas

Et c'est tout le paradoxe du moment. Tous ces candidats prônent pourtant aussi un rassemblement à gauche mais il est vrai, sans jamais trop insister et en partant du principe, qu'ils seront le candidat retenu. Et les arguments pleuvent. "Cette primaire arrive trop tard, nous avons déjà été désignés par nos militants etc..."

Dans un communiqué du directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, il est même demandé que " son nom soit retiré de tous les supports physiques et numériques de la primaire et de rajouter, Jean-Luc Mélenchon ne veut pas être associé à la Primaire populaire. Ce vote s'apparente à une sorte de sondage sans qu'aucune des règles de base permettant d'en garantir la sincérité ne soit respectée."

Et Jean-Luc Mélenchon d'expliquer que cette primaire n'a pas de sens car les prétendants de gauche à l'Elysée ont, pour lui, des divergences trop importantes, rendant impossible finalement toute union.

Mais ces dernières semaines, un autre argument, basé sur aucune certitude, a aussi été avancé. Christiane Taubira, l'ancienne ministre de la Justice de François Hollande, serait la favorite de la primaire. Et donc, le refus de s'impliquer et de tenir compte du résultat, viendrait aussi de là.

"Ce serait un gâchis"

François Dechy est le maire de Romainville, une commune de la région parisienne. Il a été élu lors des municipales de 2020 à la tête d'une liste rassemblant des gens de la société civile avec le soutien des Verts, du Parti communiste et de la France insoumise. Pour lui, le rassemblement de la gauche est devenu impératif.

Dans ce contexte, en octobre, il s'était engagé avec une centaine d'autres maires et d'élus, à donner son parrainage, étape indispensable pour pouvoir être candidat à la présidentielle, que lorsque les conditions de rassemblement seront réunies. Et cela porte le nom de serment de Romainville." On adorerait accorder nos parrainages à une candidature de rassemblement. Les convergences programmatiques sur le plan social et de transition écologique n'ont jamais été aussi fortes. Aujourd'hui, 85% des électeurs de gauche souhaitent une candidature de rassemblement."

Et pour François Dechy, si cela n'était pas le cas..."pour tout électeur de gauche qui souhaite la victoire de la gauche et de l'écologie, ce serait inexplicable, incompréhensible et irresponsable."

Pour rappel, aujourd'hui, dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon est le mieux placé des candidats de gauche mais il tourne seulement autour des 10% et il n'est jamais mieux classé qu'à la cinquième place. Et pas sûr du tout, malgré ce contexte, que la Primaire populaire va clarifier les choses. Et pourtant, celui ou celle qui sortira vainqueur dimanche avec les 467.000 inscrits, aura incontestablement pris du poids et de l'épaisseur à gauche.

Christiane Taubira à Bondy :

France : Christiane Taubira à Bondy (région parisienne), le 9 janvier 2022

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

27 janv. 2022 à 06:51
2 min
27 janv. 2022 à 05:40
2 min

Articles recommandés pour vous