RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tipik

Formule 1 : Alpine part à la recherche de la future championne du monde

F1 Grand Prix of Canada

L’écurie Alpine s’apprête à lancer son nouveau programme "Rac (H) er" pour dénicher la future championne du monde de F1 et faire de la place aux femmes ingénieures.

Bien que la F1 soit un sport mixte, seul Maria Teresa de Filippis et Lella Lombardi ont concouru à un Grand Prix. C’était en 1958 pour la première et de 1947 à 1976 pour la seconde. En 2021, Ferrari a accueilli la Néerlando-Belge Maya Weug dans son académie et en 2022, l’Espagnole Laura Camp Torras l’a rejointe.

Désormais, c’est l’écurie franco-anglaise Alpine qui compte lancer un programme du nom de "Rac (H) er" (mélange de "pilote" et "elle") afin de faire de la place aux femmes ingénieures et pilotes. Le but est de trouver la future championne du monde de Formule 1 ! "Alpine veut faire tomber les barrières sociétales et les clichés." a expliqué le PDG, Laurent Rossi.

Dans les prochaines semaines, Alpine va lancer les candidatures pour son programme. Quatre ou cinq adolescentes de 10 à 12 ans qui ont un don pour le karting seront sélectionnées pour que l’une d’entre elles au moins fasse partie de la F1 d’ici 8 ans. "Le critère numéro 1 n’est pas la puissance physique, loin de là. Preuve en est, Fernando Alonso continue de très bien piloter, et si un homme de 40 ans peut piloter une Formule 1 alors une femme au sommet de sa forme à 28 ans en est tout à fait capable aussi." a commenté Rossi. Alpine s’apprête donc à travailler avec "L’Institut du Cerveau sur la partie cognitive, des physiothérapeutes et kinés sur la partie physique et un thésard sur la partie émotionnelle pour rechercher si sur ces différentes composantes, il y a des différences entre hommes et femmes." a détaillé Claire Mesnier, directrice des ressources humaines de l’écurie.

 

Plus de femmes ingénieures = plus de femmes pilotes

Concernant les femmes ingénieures, elles sont encore beaucoup trop sous-représentées. Leur sous-représentation et celle des pilotes sont directement corrélées. Claire Mesnier a démontré qu’en France et en Angleterre, où se situent les deux usines "moteur" et "châssis" de l’écurie, on compte 32% d’étudiantes pour la première filière et 23% pour la seconde. On compte encore moins d’ingénieures diplômées. De ce fait, Alpine a pour ambition de passer de 12% à 30% d’ingénieures d’ici 5 ans en misant sur le respect de la parité lors du processus de recrutement.

Sur le même sujet

Jeunes Vieux Cons (épisode 1) – Lio : "On attend des vieilles femmes qu’elles ne disent plus rien !"

Audio

Les Équinoxes : un festival 100% féminin

Alors on sort ?

Articles recommandés pour vous