RTBFPasser au contenu

Regions

Forêt de Soignes : avec les sécheresses récurrentes, le risque d’incendie n’est plus anecdotique

Avec le réchauffement climatique et les sécheresses qui sont de plus en plus fréquentes, les risques d’incendie en forêt de Soignes sont aussi accrus. Beaucoup plus que par le passé. Une analyse de risque est d’ailleurs en cours d’élaboration après plusieurs incendies importants ces dernières années.

Regardez ici, vous voyez les pieds des pins qui sont noircis jusqu’à 3-4 mètres de haut. Donc les flammes étaient quand même importantes ". Le garde forestier Matthieu Pierret a aidé les pompiers à intervenir il y a deux ans. Le feu a ravagé 1000 mètres carrés de broussailles juste derrière le cimetière de Boisfort. C’est un des 5 incendies qui a touché la forêt cette année-là dont 3 sur le territoire bruxellois. " Le risque de feu de forêt en de Soignes était plus que marginal il y a quelques années, aujourd’hui c’est un risque qui est pris de plus en plus au sérieux".

Cartographier les zones à risque

Les peuplements de hêtres sont moins touchés que ceux de pins ou de mélèzes qui laissent un tapis d’épine au sol. " Ce sont typiquement les zones sensibles qu’on nous a demandé de cartographier. Ces zones résineuses. Mais aussi les fougeraies qui lorsqu’elles sont sèches sont elles aussi un matériau propice à des départs de feu ".

Cette cartographie, fait partie de cette analyse de risque qui est en cours d’élaboration au niveau de Bruxelles Environnement et des Pompiers. Et qui doit tenir compte de cette évolution climatique. L’idée c’est de pouvoir intervenir au mieux, avec le matériel adéquat et le plus rapidement possible.

Ce n’est certes pas encore d’actualité, mais aujourd’hui personne n’est prêt à faire face à feu de forêt d’envergure. " Clairement c’est certains. Mais voilà, le processus est en marche et en même temps c’est quelque chose qui est assez inédit et qui est nouveau pour nous, précise Matthieu Pierret ".

Numéro unique

En attendant cette analyse de risque, depuis cette année, les pompiers disposent déjà d’un numéro unique pour contacter les gardes forestiers qui les guident sur ce terrain tortueux où il est facile de se perdre. Les pompiers s’attendent en tout cas à être davantage sollicités pour ce type de sinistre jusqu’ici assez rare. " C’est quelque chose qu’on envisage. Des officiers bruxellois suivent d’ailleurs des formations en Campine où les feux de forêt sont plus réguliers, explique Walter Derieux, le porte-parole des pompiers de Bruxelles. " Mais surtout, on lance un appel aux promeneurs et à tous les usagers de la forêt de ne pas jeter de mégot, de ne pas faire de feu ni de barbecue ce qui était la cause d’un des incendies d’il y a deux ans ".

Sur le même sujet

18 mai 2022 à 17:17
1 min
16 mai 2022 à 10:04
3 min

Articles recommandés pour vous