RTBFPasser au contenu

Belgique

Foire de Libramont: le gouvernement wallon au chevet du monde agricole

Foire de Libramont: le gouvernement wallon au chevet du monde agricole
23 juil. 2015 à 14:51 - mise à jour 23 juil. 2015 à 15:133 min
Par Carl Defoy

Le secteur agricole est en ébullition en France et la contagion a gagné les agriculteurs wallons. Le contexte est tendu : des prix de revient – notamment du lait – supérieurs aux prix de vente et des conditions climatiques qui ajoutent aux difficultés. Selon Yvan Hayez, secrétaire général de la Fédération Wallonne de l’Agriculture, la pression (…) trouve ses origines dans la déstructuration progressive des outils de gestion et de régulation des marchés agricoles dans l’espace européen depuis le début des années 2000. La sécheresse de ces dernières semaines n’est qu’un aléa de plus qui s’ajoute à une longue suite de calamités.

L’Europe montrée du doigt

Les agriculteurs réclament donc une intervention des pouvoirs publics. Le ministre wallon René Collin rappelle que lui-même milite pour que l’Europe relève ses interventions et qu’elle soutienne le prix des produits agricoles. "Cela fait des mois qu’on plaide, dit-il, pour que l’Europe assume ses responsabilités."
Il est vrai que l’an dernier, l’Union s’interrogeait sur sa capacité à gérer la fin des quotas laitiers. Aujourd’hui, il paraît évident que le secteur a besoin d’une régulation des prix. La volatilité qu’on observe actuellement est difficilement supportable pour des exploitations de plus en plus dans l’embarras, coincées entre la nécessité d'investir et la difficulté de faire face aux remboursements.

Les limites de l’intervention régionale

De son côté, le Gouvernement wallon a pris une série de mesures structurelles: renforcement de l’aide aux jeunes, de l’agriculture familiale, des exploitations bio, aide aux zones défavorisées, à la transformation et à la commercialisation des produits agricoles.
Et, à la veille d’inaugurer la Foire de Libramont, le ministre y ajoute des interventions ponctuelles: depuis aujourd’hui, les cotisations à l’office de promotion de l’agriculture sont suspendues. Soit environ 1 million d’euros épargnés par les éleveurs. Le gouvernement prend aussi en charge les coûts de certification du lait. Il renouvelle son aide aux producteurs qui s’impliquent dans la transformation et la commercialisation des produits laitiers. Et enfin il renforce la politique de promotion. Aides appréciables sans doute mais pas décisives, déplorent les fermiers et leurs organisations professionnelles.

Libramont, raout agricole

A la veille d’inaugurer la Foire de Libramont, il est de tradition que le ministre annonce des mesures de soutien aux fermiers. Cette année, c’est le secteur lui-même qui les réclame. Les dispositions prises par le Gouvernement wallon suffiront-elles à apaiser les tensions ? Le ministre René Collin se dit serein. Au demeurant, explique-t-il, il ne faudrait pas considérer parce qu’il y a une actualité difficile, qu’on ne s’intéresse à l’agriculture qu’une fois par an. Et il ajoute : On y travaille au quotidien.
Mais la 81ème édition de la Foire s’ouvre ce 24 juillet dans un contexte de dégradation de la rentabilité des fermes. Pour survivre, la plupart des exploitations ont fait le choix de s’agrandir et de récupérer sur leur taille ce qu’elles perdaient sur leurs marges. Les fermiers ont donc dû investir en masse et désormais, beaucoup sont pris en tenaille entre des prêts à rembourser et des recettes qui ne couvrent plus les mensualités.
Plus que jamais, malgré l’engouement que la foire suscite généralement, Libramont risque de devoir constater que le modèle d’agriculture familiale plébiscité en Wallonie est en train de vivre ses dernières années.

 

Articles recommandés pour vous