Focus: les assureurs vont-ils "pucer" les jeunes conducteurs?

Une boite noire permet de contrôler les comportements des automobilistes

© RTBF

21 nov. 2013 à 12:11 - mise à jour 21 nov. 2013 à 12:31Temps de lecture2 min
Par Grégoire Ryckmans

Les primes d'assurances des jeunes conducteurs sont très élevées particulièrement dans notre pays. Des spécialistes, des compagnies d'assurances réfléchissent à un système de prime adaptée au comportement du conducteur.

Un système qui pose des problèmes de protection de la vie privée. Au Royaume-Uni et au Pays-Bas, les discussions sont très avancées alors qu’en Belgique, on n’est nulle part.

Le dispositif consiste en en une boite verte qui sert de "boite noire". Une fois installée dans la voiture, elle enregistre les accélérations du conducteur : "Si on freine, accélère ou tourne fort, on a un style de conduite que l'on peut qualifier d’agressif, sauvage, sportif ou même viril pour certains", explique Nicolas Pruvost de la Gentlemen Driver School.

Une boite noire pour adapter les primes

Cette boîte noire permettrait d'adapter le montant des assurances des jeunes, en fonction de leur bonne ou mauvaise manière de conduire. Aujourd’hui, la prime moyenne d'un jeune conducteur s'élève à 1500 euros alors qu’une prime "normale" oscille entre 500 et 600 euros.

Tous les déplacements sont donc enregistrés et ensuite analysés. Les bons conducteurs payeraient moins, les mauvais payeraient donc plus.

Le système est alléchant mais il comporte des effets pervers. L'inventeur de la boîte, lui-même, les dénonce : "Si de temps en temps mon assureur voit que je ne suis pas dans les limitations de vitesse en vigueur, que va-t-il prendre comme décision ?" explique le fondateur de G-Tech 2, Gaëtan Detroz. "Est-on prêt à aller jusque-là ?" se demande-t-il.

La Belgique n’est pas prête

Il y a trois ans, la compagnie d'assurance AXA, a fait des tests avec cette même boite noire mais de là à baisser ses primes jeunes, il y a un pas de géant que la compagnie n'est pas prête à faire. Pour des raisons économiques, bien sûr, mais aussi légales.

"C'est une atteinte à la vie privée de devoir communiquer ce genre de données. Je ne pense pas vu l’intérêt des belges pour leurs vies privées, que la Belgique soit prête à lance ce genre de produits", estime le responsable auto chez AXA, Kurt Van Bruysel.

Et sur ce dossier, assureurs et consommateurs partagent, curieusement la même préoccupation.

Test Achat également émet des réserves : "Nous ne sommes pas contre le principe de cette boite noire à partir du moment où on y met des garanties très strictes. Enregistrer des accélérations et des décélérations ne nous pose pas de problèmes mais enregistrer une vitesse excessive par contre, pour nous ça revient à enregistrer une infraction."

"Ce système qui voudrait enregistrer des excès de vitesse, nous le refusons"

Jean-Philippe Ducart insiste sur ce point : "Une compagnie d’assurance n’a aucun droit de constater une infraction. Ça doit passer par des services de police, voire des procédures judiciaires. Ce système qui voudrait enregistrer des excès de vitesse, nous le refusons."

Au Royaume Uni et aux Pays-Bas, les responsables politiques se penchent sérieusement sur le problème. Ils ont réuni autour de la table, assureurs, consommateurs et défenseurs des droits et libertés.

En Belgique, ce débat public n'est pas encore à l'ordre du jour.

 

 

FOCUS: voitures "pucées" et assurance auto sur mesure

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

RTBF

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous