Focus: l'hyperthermie, épée de Damoclès sur la tête des sportifs

Focus: l'hyperthermie, épée de Damoclès sur la tête des sportifs

© © Tous droits réservés

14 janv. 2014 à 09:32Temps de lecture1 min
Par Aline Devolder

L'hyperthermie, l’élévation anormale de la température corporelle est la bête noire des marathoniens. L'année dernière, Nicolas participait au marathon des sables: 254 km de course sous le soleil en plein désert du Sahara avec pour tout bagage 10 litres d'eau et des capsules de sel. Son conseil: boire à intervalles réguliers, sans attendre d'avoir soif. Il n'a jamais connu l'hyperthermie mais il sait que ce danger le guette comme tous les sportifs de l’extrême.

Déshydratation brutale

Vendredi dernier, l'hyperthermie a frappé le pilote belge Eric Palante lors de la cinquième étape du rallye Dakar en Argentine. Il roulait en plein désert du Tucuma. "A moto, on a du vent, on est refroidi donc on ne se rend pas toujours compte de l'état de déshydratation dans lequel on se trouve. On peut se retrouver à un moment où on s'arrête par exemple, d'un seul coup accablé de chaleur, avec les premiers signes de déshydratation, c'est à dire la divagation, des sensations paradoxales de froid, des picotements, des douleurs", avance Gilles Goetghebeur, rédacteur en chef du magazine "Sport et Vie". "Et à un moment, le système se désintègre. On évolue à ce moment-là vers ce qu'on appelle la rhabdomyolyse et la désorientation. La rhabdomyolyse c'est la destruction des cellules musculaires de façon massive. la personne se sent très mal, se déshydrate brusquement, n'a plus la possibilité de faire un choix correct quant à la situation (...) et la mort s'ensuit de façon très rapide au point qu'on compare cela à une mort subite", rajoute de docteur Charlie Chapelle.

Dysfonctionnement mortel

Lorsqu'on a retrouvé Eric, il était à genou à côté de sa moto avec encore tout son équipement et son casque sur lui. Il n'a donc pas pu exécuter les gestes qui sauvent. Par contre, il portait une balise qui aurait permis de lui porter secours à temps, mais les secours ont mis 22h à arriver sur place. Un dysfonctionnement qui donnera peut-être lieu à un procès et qui a sans doute coûté la vie d'un pilote de 50 ans père de cinq enfants.

RTBF

 

Focus : l'hyperthermie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous