RTBFPasser au contenu

Luxembourg Matin

Florenville: Disc’o’Bar, un nouveau disquaire de proximité pour les amateurs de cd et de vinyles

Le "Disc'o'Bar, un nouveau disquaire de proximité à Florenville
23 nov. 2021 à 16:071 min
Par Cathy Massart

Un passionné de musique a ouvert un commerce dont on entend beaucoup moins parler depuis quelques années. Il est vrai qu’avec les musiques sur les différentes plateformes, la crise sanitaire et l’e-commerce, les disquaires ont la vie dure. Ce qui n’a pas empêché Dominique Peyroux d’ouvrir son commerce appelé le Disc’o’Bar où on peut se procurer des vinyles et cd en tous genres.

Dominique Peyroux : "J’ai décidé d’ouvrir ce magasin car la musique c’est avant tout ma passion. Je suis disc-jockey depuis l’âge de 16 ans et j’organise aussi des évènements dans le sud de la province du Luxembourg. C’est aussi la musique qui me fait vivre depuis de nombreuses années. C’est pour cette raison que j’ai décidé d’ouvrir le Disc’o’Bar".

Les disquaires, c’est vrai, il y en a de moins en moins. Il faut être courageux pour ouvrir ce type de commerce.

Un nouveau disquaire de proximité a ouvert ses portes à Florenville
Un nouveau disquaire de proximité a ouvert ses portes à Florenville - Tous droits réservés

"Quand les clients passent la porte du magasin, ils me disent " Ah, enfin, un nouveau disquaire ", explique Dominique Peyroux. C’est un pari pour moi d’ouvrir ce commerce après des périodes compliquées. Mais en tant qu’organisateur de la Foire aux Disques à Etal, j’ai remarqué que, depuis des années, le vinyle est toujours présent ainsi que le cd. Et le vinyle a pris du regain et devient, au niveau des prix, un objet considéré un peu comme un objet de luxe".

Dans son magasin, Dominique Peyroux propose du nouveau et de l’ancien. Il travaille avec des fournisseurs, que ce soient des professionnels ou des particuliers, venant de toute la Belgique et parfois d’ailleurs. Ses contacts et son expérience font qu’il a pu démarrer cette aventure avec un stock conséquent.

La clientèle

Au Disc’o’Bar, la clientèle touche toutes les tranches d’âge du jeune de 18 ans à des personnes atteignant la soixantaine. Comme l’explique Dominique. "Les jeunes s’intéressent de plus en plus aux vinyles qui ont pris une seconde jeunesse pendant le confinement. Il y a 10 ou 15 ans, on jetait ses vinyles alors que c’est, aujourd’hui, un objet qu’on aime avoir en main. Et, tout le monde n’écoute pas de la musique via un support virtuel".

Loading...

Articles recommandés pour vous