Regions Liège

Fin du vote électronique en Wallonie: la Communauté germanophone se rebiffe

La Communauté germanophone n'entend pas abandonner le vote électronique aux élections
19 févr. 2016 à 08:34 - mise à jour 19 févr. 2016 à 08:34Temps de lecture1 min
Par Marc Hildesheim

La Communauté germanophone fait de la résistance! Elle n'entend pas abandonner le vote électronique lors des prochaines élections communales prévues en octobre 2018.

La Région wallonne a pourtant décidé de ne plus avoir recours à ce système et de revenir au bulletin papier. Le gouvernement wallon estime en effet le vote électronique trop coûteux, trop peu fiable, et trop peu transparent.

Mais le ministre-président germanophone Oliver Paasch ne compte pas revenir au vote papier dans les 9 communes de son territoire: "Il faut savoir que la Communauté germanophone et les communes de la Communauté germanophone ont une tradition de vote électronique depuis à peu près 25 ans. Retourner sur un vote purement papier serait considéré ici comme une marche en arrière". Le communauté germanophone ne compte donc pas plier aux demandes de la Région wallonne, "parce que ça fait partie de nos compétences" souligne le ministre-président. Des compétences acquises depuis janvier de l'année dernière.

Par contre, l'organisation des élections provinciales qui ont lieu le même jour que les communales, c'est toujours une compétence régionale. En octobre 2018, les 76 000 habitants de la Communauté germanophone risquent donc de devoir voter à la fois par ordinateur et sur bulletin papier. Pas très pratique: "Ce serait une situation que je qualifierais de Kafkaesque" explique Olivier Paasch. "J'espère que la Région wallonne sera d'accord de négocier avec nous un accord pragmatique pour éviter justement cette situation où les électeurs devraient utiliser le même jour deux systèmes d'élections différents".

Région wallonne et Communauté germanophone parviendront-elles à accorder leurs violons? Les élections communales et provinciales, c'est dans deux ans et huit mois. Voilà qui laisse un peu de marge.

Articles recommandés pour vous