Jam

Fifty Lab : Quand l’Angleterre rythme Bruxelles

© Jeshi – Rémy Nakhla

21 nov. 2022 à 16:47Temps de lecture2 min
Par Rémy Nakhla

Le Fifty Lab 2022 s’est achevé il y a quelques jours et une chose est sûre, il ne nous a, encore une fois, pas laissés en reste. Que ce soit le gabber de JeanneTo qui nous a tout de suite plongés dans le deuxième jour du festival ou l’énergie d’Eloi devant une salle pleine à craquer, les 6 lieux de découvertes dans le centre de Bruxelles ont tenu leurs promesses. Si on ne devait épingler qu'une chose, plus qu’une prestation, ça serait la scène montante de nos voisins d'outre-manche, l’Angleterre: grime, soul, electro, neo-soul, hip-hop ou même dancehall, les prestations étaient diverses et variées.

Loading...

Coup de cœur collectif sur Jeshi :

On était plusieurs de la rédaction à être devant la prestation du jeune anglais Jeshi jeudi dernier dans l’ambiance intimiste du sous-sol de la brasserie surréaliste. Arrivé en toute simplicité sur scène après que son DJ, Crash Tracy ai bien chauffé la salle, Jeshi a tout de suite su emporter le public. Entre turn up sur scène et moments de partage dans le public, le rappeur de Londres raconte sa vie en toute efficacité. Une chose est sûre on entendra encore parler de Jeshi, un artiste clairement validé par ses pairs, il n’est en effet pas rare de le retrouver sur les réseaux d’artistes comme High Vis ou Slowthai. Dans le public du Fifty Lab, on retrouve même They Hate Change, les rappeurs américains qui venaient de terminer leur show.

Loading...

Une scène bouillante :

Toujours dans le rap britannique on a aussi pu applaudir Feux, le plus belge des rappeurs londoniens. Malgré ses origines belges, c’était une première scène pour le jeune Feux. Pour l’occasion il a tout donné dans un show énergique avec des invités comme l’anversois Glints avec qui il partage le morceau "Roma". On a eu l’occasion de s’entretenir avec le jeune talent qui nous confiait avoir hâte de revenir jouer ici pour continuer à défendre son dernier projet "Opal Blue" sorti plus tôt cette année.

La scène hip-hop, largement inspirée par le courant Grime en Grande-Bretagne, a aussi été bien représentée par la prestation du très attendu, Knucks, qui fermait l’Ancienne Belgique pour cette édition du festival mais aussi par l’excentrique et créatif Denzel Himself.

Feux – Rémy Nakhla

On ne peut pas non plus passer à côté de la prestation énergique de Grove et son show imprégné d’un mélange de culture jungle et uk bassline qui en a fait bouger plus d’un dans le public. C’est en plus une musique engagée que nous propose l’artiste de Bristol qui sortait il y a un an son premier EP intitulé "Queer + Black".

Pour terminer ce tour de la scène anglaise issue des courants plus hip-hop et électroniques du pays, c’est sur Amaliah que l’on a jeté notre dévolu. UK house groovy à souhait, breakbeats, montée en bpm, la jeune dj déjà très remarquée lors d’une récente Boiler Room n’a pas déçu pour la clôture du festival au Beursschouwburg.

Loading...

Sur le même sujet

Fifty Session curated by Jam : gagnez vos places pour la soirée du 7 décembre

Jam

Articles recommandés pour vous