RTBFPasser au contenu
Rechercher

BD - Accueil

Festival International de la BD d’Angoulême, le retour

Julie Doucet recevant le Grand Prix du Festival d’Angoulême des mains de Chris Ware.
17 mars 2022 à 13:52 - mise à jour 18 mars 2022 à 15:00Temps de lecture2 min
Par Thierry Bellefroid

Après deux ans sans édition, la plus grande manifestation francophone de bande dessinée fait son retour juste avant le printemps. Un cru 2022 qui répare définitivement le manque de représentation des femmes.

Les expositions sont un bon baromètre d’une édition. Et de ce point de vue, on constate immédiatement la parité entre les autrices et les auteurs. Mais le Grand Prix, qui couronne un nom de la bande dessinée pour l’ensemble de son œuvre, est encore plus révélateur. Le nom en question est tombé hier soir. Et on savait que ce serait une femme, car pour la première fois de l’existence de ce Grand Prix, les trois finalistes étaient des autrices ! C’est finalement la plus radicale et féministe des trois qui a été élue par la profession : Julie Doucet. Une autrice canadienne underground sans concession qui s’est éloignée de la bande dessinée il y a plus de vingt ans parce que, précisément, le milieu manquait trop cruellement de présence féminine.

plus d’infos sur le site de son éditeur L’Association

Parmi les expositions présentées, on pointera une superbe rétrospective consacrée à Chris Ware, l’auteur de Jimmy Corrigan, un Américain dont l’univers fascinant et compulsif est absolument unique ! On pourrait parler aussi de ces deux expositions qui se répondent.

Des images de l'exposition Chris Ware au Festival international de la Bande dessinée d'Angoulême
Des images de l'exposition Chris Ware au Festival international de la Bande dessinée d'Angoulême
Des images de l'exposition Chris Ware au Festival international de la Bande dessinée d'Angoulême
Des images de l'exposition Chris Ware au Festival international de la Bande dessinée d'Angoulême
Des images de l'exposition Chris Ware au Festival international de la Bande dessinée d'Angoulême
+5

D’une part, le musée d’Angoulême accueille le père d’Astérix, René Goscinny, 45 ans après sa disparition, dans une exposition baptisée Scénariste, quel métier !

Une installation dans l’exposition consacrée à René Goscinny au Musée d’Angoulême
Une exposition consacrée à René Goscinny au Musée d’Angoulême

Et de l’autre, la lauréate du Prix Goscinny 2021, Loo Hui Phang, propose une exposition très engagée intitulée Ecrire est un métier. Ces deux expositions mettent en lumière le talent des scénaristes, mais aussi la précarité de leur statut. Loo Hui Phang, qui enseigne à Saint-Luc à Bruxelles, a voulu s’entourer de scénaristes d’hier et d’aujourd’hui pour montrer toutes les facettes de leur métier. Elle accueille évidemment aussi bien des hommes que des femmes.

plus d’infos sur le site du Festival

Des images de l'expositon de Loo Hui Phang sur le métier de scénariste.
Des images de l'expositon de Loo Hui Phang sur le métier de scénariste.
Des images de l'expositon de Loo Hui Phang sur le métier de scénariste.
Des images de l'expositon de Loo Hui Phang sur le métier de scénariste.
Des images de l'expositon de Loo Hui Phang sur le métier de scénariste.
+3

Mais la première journée du festival a surtout été marquée par une annonce qui a fait l’effet d’une bombe. Les Editions Dupuis ont en effet exposé les grandes lignes de leur centenaire. Et parmi celles-ci, il y a la volonté de reprendre le personnage de Gaston Lagaffe. Icône de la BD franco-belge, Gaston, l’antihéros, paraissait si associé à Franquin qu’on n’imaginait pas quelqu’un pouvoir le reprendre.

Marc Delafontaine (Delaf), le dessinateur des Nombrils – série à succès du catalogue Dupuis pour le moment à l’arrêt – va donc reprendre l’univers de Lagaffe, avec une parution à l’automne qui constituera le plus gros tirage derrière Astérix. Il sera impossible de ne pas le voir passer, donc. Nos confrères du Vif-L’Express qui ont récolté l’avis de la fille de Franquin sur cette question laissent entendre qu’elle n’a pas été consultée sur le sujet.

Sur le même sujet

Après 72 ans de règne, Télérama remplace Ulysse par Pénélope

Littérature

Articles recommandés pour vous