Energie

Fermer des centrales nucléaires revient-il à financer le régime de Vladimir Poutine ?

La question du jour

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

07 mars 2022 à 17:10 - mise à jour 08 mars 2022 à 04:47Temps de lecture3 min
Par Arnaud Ruyssen

C’est une question qui agite beaucoup les débats autour de l’invasion russe en Ukraine : en continuant à acheter du Gaz à la Russie, les européens financent-ils indirectement le régime de Vladimir Poutine ? Devront-ils le faire encore davantage demain, avec la fermeture des centrales nucléaires ? Déclic a voulu y voir clair.

Une certitude : fermer des centrales nucléaires nous rendra plus dépendant du gaz

Pour se rendre compte de ce que va changer la fermeture de 5 ou 7 réacteurs nucléaires chez nous, il suffit de jeter un œil sur le site electrcityMap qui cartographie, quasiment en temps réel, le mix énergétique des différents pays d’Europe. Ce lundi 7 mars, en début d’après-midi, la Belgique s’appuyait sur 5 Gigawatt (GW) de nucléaire, un peu plus de 2 GW d’énergie solaire, très peu d’éolien et 2,5 Gigawatt de gaz.

Consommation électrique de la Belgique le 7 mars en début d’après-midi
Consommation électrique de la Belgique le 7 mars en début d’après-midi electricityMap

Imaginons maintenant la même situation, avec tous les réacteurs nucléaires éteints : Il faudrait allumer toute une série de centrales gaz pour compenser les 5 GW manquant. Alors certes, d’ici à 2025, la Belgique aura encore développé son renouvelable, amélioré l’interconnexion avec les pays voisins, elle espère avoir diminué sa consommation, amélioré son stockage…  Mais tout cela ne suffira pas à compenser la fermeture de 7, ni même de 5 réacteurs. Il va falloir faire tourner plus souvent les centrales gaz qui existent déjà et même en construire de nouvelles. Clairement, la fermeture de réacteurs nucléaires va augmenter nettement notre consommation de gaz.

Pas simple de nous rendre moins dépendant du gaz russe

Cela veut-il dire pour autant que nous serons plus dépendants du gaz russe ? La réponse exige quelques nuances.  Aujourd’hui, la Belgique a très peu recours au gaz venu de Russie.  Notre gaz provient à 50% de Norvège et à 40% des Pays-Bas mais cette situation est appelée à évoluer. Nos voisins néerlandais vont arrêter l’exploitation de leurs gisements gaziers dans quelques mois et les réserves norvégiennes ne sont immenses non plus. La Belgique est donc condamnée, à moyen terme, à trouver d’autres fournisseurs.

Par ailleurs, notre pays n’est pas une île. Notre marché gazier est connecté à celui de nos voisins européens qui, pour certains, sont aujourd’hui très dépendants du gaz russe. Or, sortir de cette dépendance sera un long chemin : il faut construire de nouvelles filières d’approvisionnement (par Gazoduc ou via le transport par bateau de Gaz Naturel Liquéfié) ce qui va prendre plusieurs années.  Sans compter que parmi les pays exportateurs potentiels, il y a beaucoup de régimes politiques peu fréquentables. A court terme donc, l'Europe est dépendante d'un gaz qui finance la politique de Vladimir Poutine.

Une cornélienne balance bénéfice-risque

Pour les autorités belges, c’est donc une cornélienne balance bénéfice/risque. Les centrales nucléaires nous offrent une relative indépendance énergétique (il faut quand même acheter de l’Uranium) et nous rendent moins dépendant d’états peu fréquentables, comme la Russie, dont le sous-sol est riche en gaz.

Elles nous fournissent aussi une énergie peu carbonée et non-soumise aux intermittences (du moins quand les réacteurs tournent, ce qui n’a pas toujours été le cas ces dernières années, chez nous). Fameux atout dans la lutte indispensable contre le réchauffement climatique.

En même temps, il faut aussi tenir compte des risques associés au nucléaire. Même si la probabilité est très faible et que les contrôles sont permanents, on ne pourra jamais totalement exclure l’hypothèse d’un accident aux conséquences désastreuse. Les tirs contre la centrale nucléaire de Zaporijia, en Ukraine, nous rappellent ce potentiel danger. Sans compter la très longue durée de vie des déchets radioactifs, bien plus longue que la durée de vie stable des états, si l’on s’en réfère aux quelques millénaires de notre histoire récente.

Bref, notre avenir énergétique nous promet de fameux et cruels dilemmes dans les années qui viennet, autant d’arbitrages entre des "moins mauvaises solutions" conjuguant des enjeux environnementaux, économiques, sociaux, sécuritaires et géostratégiques.

Sur le même sujet

Bart De Wever veut prolonger cinq centrales nucléaires après 2025

Politique

Prix de l’énergie : l’Open Vld favorable à une réduction permanente de la TVA sur l’électricité

Belgique

Articles recommandés pour vous