Félix Tshisekedi : "Je ne suis pas la marionnette de Kabila"

Félix Tshisekedi: je ne suis pas une marionnette de Kabila

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

18 sept. 2019 à 16:05 - mise à jour 18 sept. 2019 à 16:05Temps de lecture1 min
Par Jean-François Herbecq avec VRT

La première visite d’un président congolais en Belgique depuis 2007 est l’occasion pour Félix Tshisekedi de s’affirmer. La lutte contre la corruption, libération des prisonniers politique, promotion des investissements, un processus électoral perfectible : face à nos confrères de laVRT, le président congolais s’est exprimé sur quantité de sujets. Mais surtout pour affirmer qu’il se sent le leader légitime des Congolais, et non une marionnette manipulée par son prédécesseur Joseph Kabila comme l’affirme son concurrent Martin Fayulu : "Le peuple se reconnaît en moi, me reconnaît comme son président".

"Ce que je prouve sur le terrain le prouve. J’ai libéré tous les prisonniers politiques […] j’ai ramené les exilés politiques. Je suis en train de lutter contre la corruption et j’améliore la qualité de vie des Congolais. […] Je ne suis pas la marionnette de Kabila mais son allié".

Le président Tshisekedi promet un recensement au Congo pour mettre fin aux contestations lors des élections.

Il se félicite de l’engouement des entrepreneurs belges à revenir au Congo et s’engage à lutter contre la corruption, la mauvaise gouvernance et l’impunité, qu’il qualifie "d’antivaleurs" qui freinent les investisseurs au Congo.

Etienne Tshisekedi: contre la corruption

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement