RTBFPasser au contenu

Jupiler Pro League

Felice Mazzu : "Perdre la première place quand vous êtes leader pendant sept mois, c’est injuste"

Football : Felice Mazzu dans ses pensées tactiques en bord de terrain.

Ce vendredi, Felice Mazzu était en conférence de presse avant le match de ce week-end contre Anderlecht. L’entraîneur de l’Union Saint-Gilloise a, notamment, expliqué comment il avait remobilisé ses troupes.

Comment effectuer un 'reset' après une telle défaite face à Bruges ? Du côté de l’Union Saint-Gilloise, on a choisi le jour de congé et la bonne discussion. "On a décidé de leur donner congé jeudi pour leur permettre de complètement se vider l’esprit, se retrouver en famille. Je pense que ça a fait du bien. Aujourd’hui, ce qu’il faut, c’est enlever le mal de tête. Quand la tête va bien, on n’a plus mal nulle part et le physique suit. Evidemment on est déçu, mais l’envie de bien terminer ce championnat est là aussi. C’est le message que j’ai fait passer à mon groupe avant ce week-end", explique Felice Mazzu.

L’entraîneur qui trouve la situation de son équipe injuste mais qui ne souhaite pas tomber dans l’excès. "Oui, tout est injuste. Perdre cette première place quand vous êtes premier pendant sept mois, c’est injuste. La manière dont on a perdu nos derniers points, c’est injuste. On doit combattre tout ça mais intelligemment et pas en étant des Calimero. Je n’ai pas spécialement le sentiment que la réussite nous fuit en ce moment. Ce qu’on rate et ce qui nous empêche de marquer aujourd’hui n’est pas un manque de réussite, c’est un manque d’efficacité. Tous les dieux ne sont pas contre nous. On a des choix à faire et on ne les fait pas comme on devrait les faire, tout simplement", résume l’entraîneur saint-gillois.

Être positif et solide, c’est ce que je demande à mes joueurs

"J’ai revu ce match à Bruges. C’est frustrant car on produit quelque chose, le contenu est bon et au bout, c’est la défaite. C’est ça le plus râlant. Ce qui doit surtout être digéré c’est le fait de perdre deux fois contre un adversaire qui n’était pas meilleur que nous. Il y a tellement de choses injustes dans le foot qu’il faut pouvoir fermer les yeux et avancer, sinon on n’avance plus. Il y a finalement plus d’injustices que de choses cohérentes et correctes. Il faut être positif et solide et c’est ce que je demande à mes joueurs. Performer dans un moins bon moment en termes de résultats est important à mes yeux", philosophe le tacticien carolo avant de se déplacer à Anderlecht ce dimanche.

Le titre est toujours accessible

"On est conscient que la deuxième place n’est pas encore assurée, mais aussi conscient que le titre est toujours accessible. On a encore envie de croire que quelque chose peut se passer. L’Antwerp est encore capable de faire un bon match contre Bruges. On doit d’abord jouer pour cette éventuelle première place. Comme on connaîtra le résultat de Bruges au moment de commencer notre match, peut-être que nos objectifs changeront en cours de route".

À Bruges, dans leur langage corporel, Deniz Undav et Dante Vanzeir sont apparus assez nonchalants et à côté de leur match. "Oui, j’ai parlé de ça avec mes deux attaquants ce vendredi. Mais vous ne connaîtrez pas le contenu de ce message. Ils sont toujours dans un état d’esprit positif mais sont aussi conscients qu’ils peuvent mieux faire", conclut Felice.

FC Bruges - Union : le résumé (1-0)

Pro League

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous