RTBFPasser au contenu

Anderlecht

Felice Mazzù : "Je suis conscient de remplacer une icône du football belge"

Felice Mazzù : "Je suis conscient de remplacer une icône du foot belge"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Cela faisait 24 jours qu’elle était attendue : la première conférence de presse de Felice Mazzù en tant qu’entraîneur d’Anderlecht s’est déroulée ce jeudi, peu après midi. L’ex-coach de l’Union avait signé pour les Mauves le 31 mai dernier. Il a livré ses sentiments par rapport à ses premiers pas à Anderlecht.

"J’ai tout de suite eu un sentiment positif rapport à l’accueil et à l’organisation du club" explique Felice Mazzù. "Les structures et les moyens d’entraînement sont de qualité. C’est idéal pour démarrer cette saison. Neerpede c’est extraordinaire. Quand on voit l’entretien des terrains, le personnel, tout ce qui est mis pour nous permettre de travailler le mieux possible."

Les objectifs seront nombreux pour le club. "D’abord rejoindre la culture du club et son statut" enchaîne l’ex-coach de Charleroi. "Ma première idée c’est de former un groupe. Je suis attaché à la cohésion de groupe. Je m’attacherai à cela. C’est un groupe jeune avec beaucoup de qualités, de respect. Il y a une belle mentalité. Ils sont très réceptifs. Ils ont envie d’accueillir des nouveaux messages. Je me sens vraiment bien, par rapport à eux, au vestiaire, à la direction. J’espère qu’on va bien évoluer tous ensemble.
L’objectif est de continuer le projet du club et de Vincent Kompany. Sortir des joueurs de l’école de formation. Tout en continuant ce projet, je dois trouver un bon équilibre pour avoir de bons résultats.
"

Vincent Kompany - archive
Vincent Kompany - archive AFP or licensors

"Je suis conscient de remplacer une icône du foot belge et du monde des entraîneurs" ajoute Felice Mazzù. "Quand vous avez porté la Belgique comme joueur et vécu une carrière dans un des meilleurs clubs d’Europe, je comprends l’amour des supporters d’Anderlecht pour Kompany. Je vais essayer de faire aussi bien que lui, de me faire apprécier comme lui. J’ai beaucoup de respect pour mon prédécesseur. Les supporters sont dans l’attente. Je ferai le maximum pour me faire apprécier."

Mais le nouveau coach vise haut. "On essayera de développer un football offensif, avec mes idées et une continuité avec ce qui a déjà été mis – de belle manière – en place. Je veux garder la même philosophie. Tous les matches sont importants. Je veux gagner tous les matches, des amicaux aux matches européens. Si je peux avoir un titre dès la première saison, je serai évidemment content. Anderlecht est un club qui doit avoir l’ambition d’être champion, tout simplement."

Ambition et humilité

C’est la deuxième fois que Felice Mazzù prend les rênes d’un club du Big5 belge. La première fois c’était avec Genk est cela avait rapidement tourné en eau de boudin. "J’en ai tiré de nombreuses leçons. Je les ai tirées juste après cette période. Je suis un autre homme par rapport à cette période-là. Je n’appréhende pas la pression. Je l’accepte. Mon parcours est différent. Je suis humble. J’ai fait toutes les séries de Belgique pour arriver où je suis. J’essaye de progresser grâce à ce qui est nouveau et différent.
La pression c’est la vie d’un entraîneur. Je suis là pour vivre ces émotions, qui m’attendent de la meilleure des façons.
"

Des émotions, il en a vécues à l’Union où il a frôlé le titre l’an dernier. Il change donc de catégorie en signant à Anderlecht, qui avec son passé est un poids lourd du championnat. "Je n’ai pas envie de parler de plus petits ou plus grands clubs. J’ai énormément de respect pour les clubs. Anderlecht a l’habitude de gagner des titres. C’est un statut différent. Quel que soit le club où j’entraîne, je me donne à 100% et je veux les meilleurs résultats possibles."

"Les deux années passées à USG étaient extraordinaires" enchaîne Felice Mazzù. "J’ai eu une réflexion quand Anderlecht m’a contacté. Une réflexion par rapport au passé, ce que j’avais fait et au futur. A un moment il faut prendre une décision. Et je suis là.
Je veux remercier l’USG pour ces deux années. J’ai énormément de respect. J’ai participé au développement du club et je remercie la direction de m’avoir permis d’y participer.
"

Non sans comprendre l’amertume des fans de l’Union quand il a choisi de quitter le Parc Duden. "Quand on vit 2 saisons comme celles qu’on a vécues, je comprends que les supporters soient déçus. J’espère qu’ils comprendront ma décision."

Guillaume Gillet et Felice Mazzù ce jeudi matin à l'entraînement
Guillaume Gillet et Felice Mazzù ce jeudi matin à l'entraînement © Tous droits réservés

Bonne connexion avec Peter Verbeke

Place donc maintenant à un nouveau groupe, qui a déjà vu deux nouveaux joueurs débarquer : Nilson Angulo et Ishaq Abdulrazak. Peut-on s’attendre à d’autres renforts ? "On est tôt dans le mercato" tempère Felice Mazzù. "Mes attentes sont discutées avec la direction. Le club a des moyens mais aussi des obligations et des attentes. On a encore le temps pour discuter.
Peter Verbeke est quelqu’un de très ouvert. J’ai une très bonne connexion.
"

Un renfort de plus a été enregistré pour Felice Mazzù, mais dans son staff. Guillaume Gillet vient renforcer l’équipe en tant que t3.
"C’était une réflexion avec Peter Verbeke et Guillaume Gillet. Je voulais quelqu’un en plus dans le staff. Il était déjà là pour jouer avec les U23 et être dans le coaching" termine le nouveau t1 anderlechtois. "C’est la bonne personne pour rentrer dans mon staff. Il est représentatif des valeurs et de la culture du club. Il sera important dans le cheminement et dans le parcours du club."

Articles recommandés pour vous