Fauteurs de troubles à la Bourse de Bruxelles: qui sont-ils?

"Dans le mouvement hooligan, lorsqu’il est politique, il est d’extrême droite", selon le spécialiste de l'extrême droite lié au site RésistanceS.be

© KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

28 mars 2016 à 07:19 - mise à jour 28 mars 2016 à 07:19Temps de lecture1 min
Par RTBF

Le report du "Rassemblement contre la peur", qui devait se tenir ce dimanche 27 mars, n'a pas empêché des "supporters" de se présenter à la place de la Bourse à Bruxelles.

Peu après 14 heures dimanche, entre 340 et 450 individus, habillés de noir et parfois cagoulés ont fait irruption et troublés le rassemblement en hommage aux victimes des attentats de Bruxelles. Ils se définissaient eux-mêmes comme des hooligans. Mais leurs tenues et leur comportement évoquaient leur tendance nationaliste, selon plusieurs témoins sur place.

Alors qui sont exactement ces manifestants, ces hooligans venus de Flandre? Sont-ils liés à un parti politique ? Pour Manuel Abramowicz, spécialiste des mouvements d'extrême-droite, s'ils ne se revendiquent pas racistes, leurs liens avec l'extrême droite existent: "Ce n’est pas l’extrême droite francophone, ils ne se revendiquent d’ailleurs pas comme raciste mais c’est vrai qu’on a pu entendre des propos racistes, des personnes ont été agressées verbalement et parfois physiquement. Notamment des personnes d’origine étrangère. Le mouvement hooligan, lorsqu’il est politique, est d’extrême droite".

Une réaction aux salafistes

Ce phénomène est né en Allemagne en 2014. Des organisations de supporters ultras qui se définissent comme hooligans se rassemblent contre les salafistes: "Ils ont organisé des manifestations dans plusieurs grandes villes, des manifestations regroupant des centaines, des milliers de personnes qui descendent dans la rue, l’idée est de dire: "La rue nous appartient et pas aux salafistes, nous n’avons pas peur", explique Manuel Abramowicz.