RTBFPasser au contenu

Facebook réinvente le " Salut, t'es libre ? "

.
20 mai 2014 à 08:442 min
Par cbd

Les réseaux sociaux comme Facebook ne permettent pas seulement de garder le contact avec ses amis ou de retrouver ceux qu’on a perdus de vue. C’est aussi un moyen d’approcher de nouvelles personnes. Aujourd’hui, dans le contexte professionnel ou pour des raisons privées, chacun peut désormais en savoir plus sur quelqu’un qu’il connait à peine. Une recherche sur le nom en éliminant les homonymes et on arrive en général à dénicher des infos. Et quand c’est vraiment personnel, la rubrique " Situation amoureuse " n’est pas la moins intéressante à consulter… Selon la réponse - célibataire, en couple, marié, relation ouverte ou " c’est compliqué " - chacun pourra évaluer ses chances, définir sa stratégie ou passer à autre chose !

Mais tout le monde ne remplit pas cette rubrique, ce n’est pas un champ obligatoire. C’est frustrant pour les amoureux transis. Mais Facebook ne les laisse pas tomber. Le site d’infos Business Insider a découvert que le réseau expérimente une nouvelle fonctionnalité aux États-Unis: on peut directement interpeller quelqu’un sur sa situation privée.

En fait c’est une extension de la possibilité qui existe déjà chez nous de demander à quelqu’un de vous donner une info qu’il n’a pas rendue publique : son domicile, sa profession ou encore son numéro de portable etc. Il suffit de cliquer sur la mention " Demander " à côté des champs resté vides.

Ça va quand même très loin mais vous n’êtes pas obligé de répondre ! En l’occurrence, quand quelqu’un vous interroge sur votre situation amoureuse, il est invité à vous expliquer pourquoi il vous pose la question. Selon les cas, ça vous permettra de le remettre à sa place. Soit de vous dire que tout compte fait, en y réfléchissant… Enfin bref, ce n’est pas à moi à vous expliquer les subtilités du marivaudage à l’ère numérique.

Il y a quand même des barrières. Cette requête n’est possible que pour des gens qui sont déjà en contact et elle ne peut pas être anonyme. Il n’en reste pas moins que sur les sites et les blogs américains, les réactions sont mitigées, c’est le moins que l’on puisse dire.

En fait, Facebook utilise ses membres pour vous amener à en dire plus sur vous-mêmes. De plus en plus de gens ont tendance à restreindre leurs paramètres de confidentialité. Facebook cherche donc des voies détournées pour vous amener à les publier quand même. Le plus subtil, c’est que lorsque vous donnez une info privée à quelqu’un qui vous interroge, si vous n’y prenez garde, l’info deviendra publique sur votre profil.

MédiaTIC : Facebook réinvente le "Salut, t'es libre ?" (20/05/14)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous